Affaire Darmanin: fellation et photos coquines, le témoignage de la seconde plaignante

Affaire Darmanin: fellation et photos coquines, le témoignage de la seconde plaignante

Publié le :

Lundi 26 Février 2018 - 10:25

Mise à jour :

Lundi 26 Février 2018 - 10:27
© Ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le site Mediapart dévoile le contenu de l'accusation de la seconde plaignante qui accuse le ministre Gérald Darmanin d'abus de faiblesse. Cette femme, qui a demandé l'appui de celui qui était maire de Tourcoing, s'est sentie obligée de répondre à ses avances sexuelles.

Le dossier de la première plainte est bouclé avec un classement sans suite. Reste maintenant la deuxième, celle déposée par une femme qui affirme que le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a abusé de sa faiblesse pour lui imposer des relations sexuelles.

Le site Mediapart a publié le témoignage de "Sarah", cette femme qui assure que celui qui était à l'époque des faits présumés maire de Tourcoing aurait profité de son pouvoir de maire sur la question du logement social pour solliciter des faveurs sexuelles.

Selon la plaignante qui souhaitait changer de logement, tout a commencé par un échange de SMS en septembre 2015. Elle admet avoir envoyé une photo d'elle à l'édile, une photo "normale" assure-t-elle. Plusieurs mois après, Gérald Darmanin rencontre Sarah à son domicile: "Il m'a (...) dit que mon dossier logement, il allait s'en occuper. Il m'a pris la main et il l'a posée sur son sexe. J'avais compris ce qu'il voulait. J'ai déboutonné son pantalon et je lui ai fait une fellation", a raconté Sarah qui précise ne pas "être allée jusqu'au bout".

Lire aussi: Face aux accusations, "Darmanin est moins fragile qu'Hulot" selon un proche d'Edouard Philippe

La plaignante explique aussi avoir eu une autre relation sexuelle en juin 2016 dans un hôtel d'Ile-de-France. Elle explique aussi avoir continué à envoyer des messages érotiques et des photos explicites afin que le maire "ne l'oublie pas".

Où est alors la dimension illicite de la situation? La femme explique que si l'actuel ministre ne l'a "pas forcée du tout" , elle s'est sentie "obligée" de lui accorder ses faveurs sexuelles en échange de son aide alors qu'elle était dans une situation délicate.

L'entourage du ministre dément tout abus de faiblesse dans cette affaire.

Gérald Darmanin est accusé d'abus de faiblesse par la plaignante.


Commentaires

-