Benalla: pour Darmanin, c'est l'opposition qui restera marquée par le scandale

Benalla: pour Darmanin, c'est l'opposition qui restera marquée par le scandale

Publié le :

Vendredi 03 Août 2018 - 15:01

Mise à jour :

Vendredi 03 Août 2018 - 15:27
Ce vendredi à l'antenne de RTL, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a évoqué l'affaire Benalla. Il assure que l'opposition restera affectée par ce scandale qui vise pourtant l'Elysée.
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Il était invité principalement pour parler de finances publiques –et notamment des perspectives dégradées pour le chiffre de la croissance française en 2018– mais l'échange a fini par dériver, sans surprise, sur l'affaire Benalla. Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin est venu livrer son interprétation des conséquences politiques du scandale qui secoue l'exécutif depuis le 18 juillet.

Pour le ministre, pas de doute, ce n'est pas l'Elysée qui sortira comme le grand perdant de ces deux semaines de tumulte au sommet de l'Etat, mais bel et bien… l'opposition. Dans l'esprit de Gérald Darmanin, le raisonnement est imparable: "L'opposition s'est ruée sur une difficulté personnelle et a voulu en faire une affaire d'État au lieu de s'opposer sur le fond". Le fond? Des prises de position sur la fiscalité, la croissance, les politiques de sécurité, autant de sujet où le ministre juge que l'opposition n'a pas été présente préférant être, selon ses termes, dans "les délices du système" ce qui "va laisser des traces".

Lire aussi: Alexandre Benalla "draguait" sur Tinder (avec une photo d'Emmanuel Macron)

Gérald Darmanin reprend aussi à son compte la critique d'une Assemblée nationale qui ne respecterait pas la séparation des pouvoirs en exigeant une audition devant l'Assemblée nationale du président de la République. Pour le transfuge des Républicains, "dans (s)on engagement gaulliste, il y avait le respect de la Ve République", qui n'aurait pas été de mise donc, dans sa vision de l'affaire. Il jure au passage qu'il n'aurait jamais voté la motion de censure à l'époque, avant 2017, où il était lui-même député Les Républicains.

Voir aussi: 

Darmanin rêve de trancher dans les effectifs de Bercy, et se trompe de cible

Darmanin annonce "une réorganisation territoriale" des services de Bercy

Gérald Darmanin estime que c'est l’opposition qui subira à terme le scandale Benalla.


Commentaires

-