"Charlie Hebdo": un complot des "services secrets" selon Jean-Marie Le Pen

Auteur(s)
Pierre Plottu
Publié le 16 janvier 2015 - 21:05
Mis à jour le 17 janvier 2015 - 09:13
Image
Jean-Marie Le Pen.
Crédits
©Staffprési_esj/Flickr
"Je ne dis pas que les autorités françaises sont derrière ce crime, mais qu’elles ont pu avoir permis qu’il ait lieu", a notamment déclaré Jean-Marie Le Pen.
©Staffprési_esj/Flickr
L'attaque de la rédaction de "Charlie Hebdo" par les frères Kouachi porte "la signature de services secrets", a affirmé Jean-Marie Le Pen à un journal russe jeudi 15. Sans toutefois préciser lesquels.

Jean-Marie Le Pen a affirmé, jeudi 15 dans une interview au quotidien russe Komsomolskaïa Pravda repérée par Libération, que l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo par les deux frère Kouachi, mercredi 7 janvier à Paris, était une "opération" portant "la signature de services secrets".

Le président d'honneur du Front national relaye ainsi une théorie complotiste très relayée sur internet et les réseaux sociaux depuis l'attaque des locaux du quotidien satirique.

"Cette histoire de carte d’identité oubliée par les frères Kouachi (au cours de leur fuite, dans un véhicule, et ensuite retrouvée par la police, NDLR) me rappelle le passeport d’un des terroristes du 11 Septembre miraculeusement retrouvé dans un New York en cendres. On nous dit maintenant que ces terroristes sont juste des idiots. Toute l’opération (des frères Kouachi) porte la signature de services secrets", détaille ainsi l'ancien patron du FN.

Pour autant, il se refuse à désigner clairement quels "services" (français ou autres?) seraient derrière cette machination. Il précise pourtant: "bien sûr, nous n’avons pas de preuve. Je ne dis pas que les autorités françaises sont derrière ce crime, mais qu’elles ont pu avoir permis qu’il ait lieu".

Dans le reste de son interview, Jean-Marie Le Pen est notamment revenu sur les "15 à 20 millions de musulmans" que compterait selon lui la France. Ainsi que sur l'immigration, qui serait "le résultat de la décadence chrétienne qui touche toute l’Europe".

Dans un communiqué publié ce vendredi en milieu d'après-midi, Jean-Marie Le Pen a précisé qu'il ne "valide pas les retraductions en français d’interviews déjà traduites du français en russe".

 

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.