Démission de Collomb: Molins pressenti pour lui succéder?

Démission de Collomb: Molins pressenti pour lui succéder?

Publié le :

Mardi 02 Octobre 2018 - 19:54

Mise à jour :

Mardi 02 Octobre 2018 - 20:10
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Alors qu'Emmanuel Macron a pris acte ce mardi de la démission de Gérard Collomb du ministère de l'Intérieur, plusieurs noms circulent pour son remplaçant place Beauvau. Parmi eux, François Molins apparaît comme une alternative crédible. Mais d'autres noms frappent à la porte.

Gérard Collomb a présenté lundi 1er octobre sa démission du poste de ministre de l'Intérieur. Emmanuel Macron l'a refusée une première fois, avant d'en prendre acte ce mardi 2. Désormais, l'exécutif s'attache à trouver un remplaçant place Beauvau et plusieurs noms circulent déjà bien qu'il ne s'agisse, à l'heure actuelle, que de rumeurs.

Frédéric Péchenard, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France (ancien patron de la police nationale et proche de Nicolas Sarkozy), ou Denis Favier (ex-figure du GIGN), ont notamment été cités dans la presse. Sans oublier le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ou Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics.

Mais un autre nom ressort aussi comme une alternative crédible. Il s'agit de l'actuel procureur de Paris, François Molins, en partance pour la Cour de cassation.

Lire aussi: démission de Collomb - Macron "attend désormais les propositions du Premier ministre"

Pour les Français, François Molins c'est un peu "monsieur attentats", une figure de l'antiterrorisme qui rassure question sécurité: l'idéal pour un ministre de l'Intérieur.

Comme le souligne Le Parisien, un magistrat à ce poste-là ce serait inédit. Seul en tout cas. Car il y a aussi la possibilité qu'à un Molins ministre de l'Intérieur lui soit adjoint un secrétaire d'Etat à la sécurité comme Jean-Michel Fauvergue député de Seine-et-Marne, ou, pourquoi pas aussi, Gérald Darmanin. Ça, c'est déjà arrivé: entre 1986 et 1988 avec Robert Pandraud et Charles Pasqua.

Et avec le départ de Collomb, afin de respecter la parité au gouvernement, Edouard Philippe peut nommer deux hommes: François Molins, au ministère de l'Intérieur, et un secrétaire d'Etat (ce qui ferait 16 hommes et 16 femmes).

Donc Molins place Beauvau, crédible? Oui. Réalisable? Aussi. Mais tout ceci sous réserve qu'il accepte, évidemment.

Et aussi:

Cohn-Bendit trouve "inimaginable" que Collomb revienne à Lyon

L'Elysée accusé d'intervention dans la succession de Molins au parquet de Paris

La chancellerie propose de nommer François Molins procureur général près la Cour de cassation

François Molins, procureur de Paris, est l'un des noms cités comme successeur potentiel à Gérard Collomb.


Commentaires

-