François Baroin: les maires sont "les premiers à faire des économies"

François Baroin: les maires sont "les premiers à faire des économies"

Publié le :

Lundi 21 Septembre 2015 - 08:41

Mise à jour :

Lundi 21 Septembre 2015 - 08:59
©WITT/SIPA
PARTAGER :
-A +A

François Baroin était ce lundi matin l'invité d'Europe 1. Le maire de Troyes est notamment revenu sur la journée de mobilisation des maires de France qui a eu lieu samedi 18 à son initiative. "Le cri d'alarme qui a été lancé est un cri pour une prise de conscience de l'opinion publique",a-t-il notamment expliqué.

 La Grèce: Alexis Tsipras fête un nouveau gouvernement de coalition

"La situation n'a pas changée car Tsipras est à nouveau à la tête du gouvernement".

"Au final, il accompagne un mouvement pour sauver la Grèce qui est le seul possible".

 

Alexis Tsipras va gouverner avec l'extrême droite

"De toute façon la feuille de route est identique: il faut faire des réformes et respecter le plan européen".

 

L'Association des maires de France (AMF) que vous présidez a décidé de rester mobilisée juisqu'à son congrès en novembre, qu'allez-vous faire?

"Samedi était une journée inédite. Elle a remporté un très grand succès. Toutes les communes de gauche ou de droite ont partagé le diagnostic: une dégradation spectaculaire de ce qui va se passer dans les villes".

"Ce n'est pas un chantage, c'est une réalité".

"C'est de l'argent que l'Etat doit aux communes".

"400 millions par l'Etat, c'est de l'argent qui est dû et qui n'est pas donné".

"Le cri d'alarme qui a été lancé samedi est un cri pour une prise de conscience de l'opinion publique".

 

Qu'est ce que vous attendez du gouvernement?

"Il va y avoir le débat au parlement avec la loi de finances, les parlementaires vont devoir se saisir de notre message".

"Aujourd'hui, plus de 60% des gens comprennent notre message".

 

Vous les maires, suggérez en général de réduire les dépenses publiques

"Nous sommes les premiers à faire des économies, nous sommes des gestionnaires".

"Les effectifs sont gérés dans un cadre national".

"Il y a une forme d'injustice à critiquer les élus, dire que nous ne servons qu'à couper des rubans, prendre des cocktails et financer des ronds-points, quand plus de 50% des budgets sont imposés par d'autres figures".

"J'alerte solenellement sur l'effondrement potentiel de l'investissement public qui va avoir un impact sur la croissance".

 

François Fillon vous prévient: la baisse des finances des collectivités locale est inéluctable

"Moi-même j'ai été ministre du Budget".

"Mais il y a une très grande différence entre un gel et un effondremeent tel".

 

Tout cela entraîne la montée du Front national?

"La montée du FN dans les campagnes est lié à un sentiment d'abandon".

"Ces gens là méritent le respect".

"Nous les maires, sommes solidaires les uns des autres".

 

Si le gouvernement ne cède pas à vos demandes?

"Je n'imagine pas qu'il puisse ne pas céder".

"Sinon, nous poursuivrons le combat. Nous nous appuierons sur l'opinion publique".

 

La répartition des réfugiés: quel résultat de l'Europe attendez-vous?

"Le sommet extraordinaire du Conseil européen doit bien prendre la mesure".

"Au delà des quotas, il faut définir des critères".

 

La liste des candidats à la primaire des Républains s'allonge. Est-ce qu'il est vrai que vous hésitez entre Alain Juppé et François Fillon?

"Je suis occupée par mon affaire de maire".

"Epargnons au pays une campagne trop longue". 

 

François Baroin refuse de se prononcer dès aujourd'hui sur la primaire des Républicains.


Commentaires

-