Gilets jaunes: Macron veut "responsabiliser" les personnes en "difficulté" qui "déconnent"

Gilets jaunes: Macron veut "responsabiliser" les personnes en "difficulté" qui "déconnent"

Publié le :

Mardi 15 Janvier 2019 - 16:11

Mise à jour :

Mardi 15 Janvier 2019 - 16:16
© Ian LANGSDON / POOL/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Emmanuel Macron a estimé ce mardi, hors caméra, qu'il fallait "responsabiliser" les personnes en "difficulté" qui "déconnent". "Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent", a lâché le chef de l'Etat.

Cette petite phrase grinçante ne va sûrement pas arranger la popularité du chef de l'Etat. Avant de lancer ce mardi 15 le grand débat national censé apporter des réponses à la crise des gilets jaunes, Emmanuel Macron a effectué une visite surprise à la mairie de Gasny, dans l'Eure. A cette occasion, il s'est livré hors caméra à une analyse qui risque de faire polémique.

"Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent", a ainsi lancé, hors caméra, le président de la République à des élus de la commune sur France info. Et de poursuivre: "Une partie du traitement de la pauvreté est dans la personne en situation de pauvreté, en les considérant, en les responsabilisant, en les aidant à s'en sortir". "Ils sont tous acteurs", a ajouté le chef de l'Etat.

Lire aussi - Macron à Grand Bourgtheroulde: porter un gilet jaune? 135 euros d'amende

Selon lui, la solution ne réside pas "dans le face-à-face entre ceux qui profiteraient d'un côté et ceux qui seraient les vaches à lait de l'autre, ce n'est pas vrai. Elle est dans un travail collectif très fin".

Devant les caméras des journalistes présents, Emmanuel Macron a fait savoir: "Je ne veux pas dire que (la mobilisation des) gilets jaunes est un mouvement social d'un nouveau type, qu'on va attendre qu'il se fatigue et la vie reprendra son cours (...) Mais c'est une chance pour qu'on puisse réagir plus fort et plus profondément". Et d'ajouter: "Il faut constamment redemander aux gens leur avis. Je ne pense pas du tout que ce soit du temps perdu, que ce soit du temps pour arrêter les réformes car les gens veulent des changements".

Le président de la République s'est ensuite rendu sur la commune de Bourgtheroulde pour lancer le grand débat national devant 600 maires. L'enjeu de cette initiative est crucial pour Emmanuel Macron, qui compte relancer son quinquennat et reprendre l'initiative après deux mois de crise et d'effondrement dans les sondages. Pour autant, les Français semblent plutôt sceptiques face à cette proposition. Ainsi, selon un sondage Elabe 40% d'entre eux ont l'intention de participer au grand débat, mais seulement 34% pensent qu'il permettra une sortie de crise.

Voir:

"Gilets jaunes" : "une chance" de "réagir plus fort" dit Macron en lançant le grand débat

Une centaine de "gilets jaunes" attendent Macron à Grand Bourgtheroulde

Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

En off, Emmanuel Macron a estimé qu'il fallait "responsabiliser" les personnes en "difficulté" qui "déconnent".

Commentaires

-