La députée FI Caroline Fiat poursuivie devant les prud'hommes par son ex-attaché pour licenciement abusif (photo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

La députée FI Caroline Fiat poursuivie devant les prud'hommes par son ex-attaché pour licenciement abusif (photo)

Publié le 25/09/2017 à 15:45 - Mise à jour à 16:19
© Martin BUREAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Caroline Fiat, une députée la France insoumise, va se retrouver devant les prud'hommes. Elle est accusée par un ancien assistant parlementaire d'un licenciement sans motif.

L'affaire est pour le moins embarrassante. Caroline Fiat, fraîchement élue députée la France insoumise de la Meurthe-et-Moselle va se retrouver devant les prud'hommes révèle lundi 25 le Républicain lorrain. Elle est en effet attaquée pour non-respect du code du travail par un, et éphémère, assistant parlementaire. Le jeune homme concerné conteste la fin de son contrat de travail intervenu quelques semaines après la victoire de la candidate, quasiment inconnue sur la scène politique.

Législatives 2017: Caroline Fiat, aide-soignante de profession, remporte un scrutin pour le moins "étrange" puisque six candidats ont dépassé la barre des 10% au premier tour. Elle ne recueillera elle même "que" 15,94% des voix et finit deuxième devant un candidat FN. Elle l'emportera au second tour avec une participation 38,39%.

Un peu prise au dépourvue, elle doit constituer rapidement une équipe. Elle choisit pour gérer sa communication un jeune homme proche de son suppléant. Et c'est au moment de la formalisation de la collaboration que le bât blesse. Le nouvel employé reçoit en effet un formulaire type fourni par l'Assemblée nationale ne contenant aucune information sur le poste, la durée du travail, le statut, ni même le lieu de travail. Il le remplit et le retourne avec les pièces et assure ne jamais avoir reçu en retour de contrat en bonne et due forme.

Le mandat de la députée (qui siège aussi à la Commission des affaires sociales) commence et rapidement, les choses se grippent. Le jeune attaché reçoit bien un versement d'argent en juillet, mais aucune fiche de paie. En août, la députée lui apprend qu'il ne sera pas conservé. Caroline Fiat explique à la presse que l'homme visiblement travaillait assez peu. "Il ne bossait pas. Je n’étais pas du tout à l’aise avec ça, mais il fallait faire quelque chose (…) Avec mon suppléant, dont il est proche, on lui a parlé, souvent. Ça ne suffisait pas de tweeter mes commentaires Facebook" assure-t-elle.

Problème: la députée estime qu'elle lui a signifié la fin de son contrat de travail dans le cadre de sa période d'essai (donc sans avoir à prouver un motif). Or le jeune salarié éconduit estime qu'en l'absence de contrat conforme, il doit être requalifié en CDI à temps plein et sans période d'essai… ce qui reviendrait donc à rendre son départ irrégulier. Autrement dit un signal plutôt gênant pour une élue FI en pleine période de contestation sociale sur les réformes du code du travail voulue par le gouvernement.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Mauvaise presse pour la France insoumise en pleine période de lutte contre les réformes du code du travail.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-