Les agriculteurs maintiennent la pression pendant le Conseil européen

Appel à de nouvelles actions

Les agriculteurs maintiennent la pression pendant le Conseil européen

Publié le :

Lundi 15 Février 2016 - 18:47

Mise à jour :

Lundi 15 Février 2016 - 18:49
Les agriculteurs français ont mené de nombreuses actions ce lundi alors que la crise qu'ils traversent était le sujet d'une réunion des ministres européens de l'Agriculture. Plusieurs syndicats ont appelé à "prendre possession" de la ville de Rennes mercredi.
©Jean-François Monier/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Les agriculteurs français, qui dénoncent les cours trop bas de leurs productions, ont mené plusieurs actions lundi à Vannes, Caen ou encore dans l'Ain, l'Allier ou le Gers, alors que se déroulait un Conseil européen sur l'agriculture à Bruxelles.

Jeudi soir, François Hollande a promis que "les choses allaient bouger" lors de ce Conseil, où la France compte notamment demander "un plan européen de stockage" pour désengorger le marché de la surproduction de lait et de porc.

A la sortie de cette réunion, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a concédé que ce Conseil "ne débouche pas concrètement sur des mesures -ce sera l'objet de celui de mars- mais il a fait bouger des lignes".

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a appelé sur France Info les ministres européens à se pencher sur trois sujets: la levée de l'embargo russe, l'étiquetage sur l'origine des produits et les prix d'intervention.

Pendant ce temps, à Vannes, des agriculteurs, au nombre de 300 selon Franck Guéhennec, président de la FDSEA du Morbihan, et soutenus par des ostréiculteurs et un collectif anti-taxes, a encerclé la ville.

Ils sont arrivés dès 6h en opérations escargot et en fin de matinée ils tenaient six barrages bloquants ou filtrants à des ronds-points, mais l'accès à la ville, où le préfet avait interdit la circulation des véhicules agricoles, restait cependant possible, a constaté un correspondant de l'AFP.

En milieu d'après-midi, les manifestants ont quitté la périphérie de la ville pour se rendre en cortège sur la RN 165 (Nantes - Brest) qu'ils ont coupée dans les deux sens à l'ouest de Vannes. L'axe a été rouvert peu avant 17h, selon la préfecture du Morbihan.

A Caen, une quarantaine d'éleveurs ont perturbé pendant plusieurs heures la circulation sur le périphérique et sur la RN13, entraînant près de 6 km de bouchons en tout sur ces deux axes, selon le centre d'information régional d'information et de coordination routières.

Les manifestants, qui ont à plusieurs reprises fait face aux CRS, ont démonté des glissières de sécurité et déversé plusieurs bennes de déchets et enflammé des pneus, a constaté un photographe de l'AFP. Le retour à la normale était en cours vers 17h.

A Yzeure (Allier), c'est une plateforme logistique de la SCA Centre (groupe E.Leclerc) qui a été bloqué par une centaine de manifestants, avec une cinquantaine de tracteurs et de remorques. Ils se disaient prêts à "tenir jusqu'à jeudi", selon Mickaël Randouin, des Jeunes Agriculteurs (JA).

Dans l'Ain, les plateformes logistiques de Saint-Vulbas (Carrefour), Saint-Just (Système U) et des Echets (Intermarché) sont bloquées depuis dimanche. A Auch, 100 à 150 agriculteurs avec sept engins ont encerclé la Direction départementale des territoires pour protester contre les lourdeurs de la PAC et les contraintes administratives.

"Il y a beaucoup de colère et de désespérance", a commenté Xavier Beulin, estimant que "la balle est dans le camp des pouvoirs publics, à la fois communautaires et nationaux", mais aussi dans celui des "partenaires de la filière", dont la grande distribution.

François Hollande a annoncé le 11 février une nouvelle baisse des cotisations sociales "pour l'ensemble des agriculteurs". Insuffisant pour le parti Les Républicains qui a appelé lundi le gouvernement à "déclarer l'état d'urgence agricole", en adoptant "cinq mesures immédiates", dont une baisse des charges, un moratoire sur les normes, la suppression du compte pénibilité ou la fin de l'embargo russe.

De son côté, le vice-président du Front national Florian Philippot a dénoncé les "illusions" de la FNSEA et du gouvernement au sujet de la crise agricole, leur reprochant de s'en remettre à l'Union européenne "aux origines même de la crise".

Quelle que soit l'issue du Conseil européen, les agriculteurs de l'Ouest ont déjà prévu de poursuivre leur mobilisation. La FNSEA et les JA des quatre départements bretons appellent à une grande manifestation régionale mercredi 17 à Rennes. Ils demandent aux agriculteurs bretons de "converger en tracteurs et en voitures" vers la rocade de la ville pour "en prendre possession" à partir de 11h.

 

Les actions des agriculteurs se sont poursuivies ce lundi (image d'illustration).

Commentaires

-