Manuel Valls en appelle à "la responsabilité de chacun" après la mort de Rémi Fraisse à Sivens

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Manuel Valls en appelle à "la responsabilité de chacun" après la mort de Rémi Fraisse à Sivens

Publié le 29/10/2014 à 08:21 - Mise à jour le 05/11/2014 à 16:02
©capture d'écran Dailymotion
PARTAGER :

Auteur(s): Maxime Macé et Victor Lefebvre

-A +A

Le Premier ministre Manuel Valls était ce mercredi l'invité de RTL. Il a réaffirmé son soutien à la création du barrage de Sivens, malgré le décès d’un manifestant dans la nuit de dimanche à lundi. Il s'est aussi félicité de l'acceptation du budget par la Commission européenne et de celui de la Sécurité sociale par l'Assemblée nationale.

La mort de Rémi Fraisse, opposant au barrage de Sivens

"Nous faisons face à un drame, à la mort d’un jeune homme de 21 ans, nous pensons tous, bien sûr, à ses parent, à sa famille et à ses proches. Nous nous sommes exprimés avec le président de la République".

"C'est à la justice de définir les responsabilités.Puisque nous sommes dans un Etat de droit, c’est à la justice et au procureur de mener l’enquête. La vérité et la transparence, c’est la force de notre démocratie. Maintenir l’ordre, c’est difficile et nous devons la vérité, nous n’avons absolument rien à cacher et rien à craindre, et l’Etat de droit sortira renforcer à partir du moment où toute la lumière est faite sur cette affaire".

Sur l'éventuelle suspension des travaux du barrage, "c'est au Conseil général du Tarn de prendre cette décision et de tirer les conséquences du rapport d'experts commandé par Ségolène Royal, qui ne demande pas l'abandon du projet mais certaines modifications. C'est un projet utile pour les agriculteurs et pour fournir de l'eau aux habitants qui, je le pense, y sont favorables".

"J’en appelle à la solidarité de chacun et à la responsabilité de chacun. On ne peut pas admettre la violence et que l’on s’en prenne aux forces de l’ordre, aux commerces et au mobilier urbain. On ne peut pas céder à la violence".

 

Le vote du budget de la Sécurité sociale, obtenu à la majorité relative

"Je ne crois pas être un Premier ministre en état de faiblesse. C'est une situation que je connais depuis 6 mois. Depuis que je suis Premier ministre, tous les textes que j’ai proposés ont été adoptés par l’Assemblée nationale. J'ai reçu par deux fois la confiance de l'Assemblée nationale. Il n'y a pas de majorité alternative".

"Hier, les parlementaires ont font preuve d’une grande responsabilité. Non seulement le texte a été voté, mais il comporte une réforme juste de la modulation des allocations familiales attendue par les Français. Si l’on pense que la justice sociale est importante, il fallait voter ce texte. Quand on est de gauche, on vote ce texte".

 

Le budget, finalement accepté par la Comission européenne

"Tout le monde attendait la sanction, l'humiliation de la France. Nous avons adapté notre budget à une nouvelle donne économique, c'est à dire une très faible croissance et une très faible inflation".

"Mais les fondamentaux du budget n'ont pas été touchés. Nous tenons nos engagements sur les 50 milliards d'économies, les aides aux PME et la baisse d'impôt des Français".

 

Ses relation avec François Hollande et ses ambitons personnelles

"Nos rapports sont fondés sur la confiance, je respecte le président de la République et sa fonction. Il a dit, il y a quelques mois, +Valls doit faire du Valls+, et je fais du Valls. Ma mission est de réformer et je vais le faire".

"Ce pays a besoin de réformes car il vit au-dessus de ses moyens depuis 40 ans et a besoin de se préparer à l’avenir. Ma mission est de conduire les réformes voulues par le président de la République. Je ne peux pas penser à autre chose. J'ai une mission: réformer. De cette mission, je n'en dévie pas".

"Face aux difficultés du pays, à la situation de la gauche, la montée du FN, la dureté de la droite, la gauche doit être responsable. Il faut à la fois gouverner et réformer notre projet. J'ai une qualité, c'est de dire les choses. Nous sommes à mi-quinquennat. On juge un quinquennat à la fin. Rendez-vous dans deux ans et demi".

 

Auteur(s): Maxime Macé et Victor Lefebvre


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Manuel Valls était l'invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-