Marine Le Pen: sa visite perturbée par des "milices d'extrême gauche"?

Pas tout à fait...

Marine Le Pen: sa visite perturbée par des "milices d'extrême gauche"?

Publié le :

Jeudi 13 Septembre 2018 - 13:37

Mise à jour :

Jeudi 13 Septembre 2018 - 14:13
Le déplacement de Marine Le Pen dans le village de Châteaudouble dans le Var a été perturbé par des cris, des slogans hostiles et même un tractopelle. Les représentants du Rassemblement national parlent de militants extérieurs s'étant mobilisés contre la présidente de l'ex-Front national. Une information démentie par le maire de la commune.
© BORIS HORVAT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'accueil a été plutôt houleux: Marine Le Pen a été copieusement sifflée mercredi 12 lors de son déplacement à Châteaudouble dans le Var. Cette commune de 470 habitants a été choisie pour accueillir 72 migrants qui seront installés dans une maison de retraite abandonnée. Le symbole pour la présidente du Rassemblement national d'une "submersion migratoire" décidée au niveau européen sans considération pour les locaux.

Or, dès son arrivée, la dirigeante du RN a été accueillie par des cris, des sifflets et des slogans hostiles comme "le village emmerde le Front national" ou de plus lapidaires "cassez-vous!".

Mauvaise image donc pour le Rassemblement national, pour qui le Var est une terre favorable électoralement, et pour qui la question des "migrants" sera sans nul doute l'un des axes de campagne pour les européennes de 2019.

Les dirigeants RN, à commencer par Marine Le Pen (qui parle de "milices d'extrême gauche"), ont dénoncé les opposants comme étant des militants s'étant déplacés pour l'occasion. Frédéric Boccaletti, le responsable RN dans le Var, estime qu'un groupe constitué d'une vingtaine de personnes s'est mobilisé "de manière concertée" pour saboter la visite de Marine Le Pen en se rendant à Châteaudouble ce mercredi 12 pour y faire de l'agitation. Le maire RN de Fréjus, David Rachline, évoquera, lui, des "punks à chien et nervis gauchistes" et expliquera à L'Express que ceux-ci étaient "munis de bâtons et de tractopelles". Si un tractopelle est effectivement visible sur les images, les opposants ne tiennent pas en main de "bâtons" mais seulement des pancartes.

Une hypothèse qui a été rapidement démentie par le maire sans étiquette de Châteaudouble Georges Rouvier. Interrogé ce jeudi 13 dans Les Grandes Gueules sur RMC, il a déclaré sans détour à propos des opposants: "Je confirme que c'était bien des gens du village. (…) Je connais mes administrés, on n'est pas une grande commune, donc c'était tout des gens du village qui sont ici, qui habitent ici. Voilà".

Malgré sa petite taille, et si l'on en croit les propos du maire, la commune de Châteaudouble semble bien être clivée sur le plan politique. Car si les détracteurs de Marine Le Pen viennent donc bien du village, Marine Le Pen a réalisé un score très important à Châteaudouble lors de la présidentielle de 2017 en recueillant 30,25% au premier tour (première place avec 10 points d'avance sur Jean-Luc Mélenchon)  et 45,53% au second tour, soit 12 points de plus que son score à l'échelle nationale.

La visite de Marine Le Pen à Châteaudouble a été fortement perturbée, mercredi 12.


Commentaires

-