Michel Sapin: "la France va mieux"

Michel Sapin: "la France va mieux"

Publié le :

Mardi 08 Septembre 2015 - 09:20

Mise à jour :

Mardi 08 Septembre 2015 - 09:46
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Michel Sapin était ce mardi matin l'invité de RMC-BFMTV. Le ministre des Finances a abordé la question de l'accueil des réfugiés en France et celles des frappes en Syrie. Il a également parlé du redressement économique de la France qui "va mieux" et de la baisse d'impôts annoncée par François Hollande pour 8 millions de foyers.

24.000 nouveaux réfugiés seront accueillis par la France dans les deux ans qui viennent, l’Europe décide pour nous ?

"Non, c’est nécessaire que l’Europe accueille des réfugiés, des gens qui veulent sauver leur peau, il est ensuite juste de répartir entre les pays européens ce poids".

"L’obligatoire ne nous concerne pas, nous sommes dans le volontaire. Le volontaire rejoint ce que l’on nous demande comme effort".

"Mais il y a d’autres pays qui ne sont pas dans cette optique, les pays d’Europe de l’Est que nous avons su accueillir quand ils en avaient besoin, il est nécessaires qu’ils soient aussi présents pour répondre à la pression actuelle".

 

L’Allemagne va accueillir 31.000 réfugiés

"En France, nous n’avons pas la même pression. Beaucoup de réfugiés veulent aller en Allemagne ou en Autriche. En Allemagne, tous les ans il y a moins de monde dans le marché du travail".

 

Vous allez dégager dans le budget une ligne spéciale pour l’accueil des réfugiés ?

"Oui, on doit travailler avec les collectivités locales qui vont les accueillir (…), les départements. C’est une question de quelques millions, c’est à la mesure de ce que nous pouvons faire. Cela ne se fera pas au détriment d’une autre politique".

 

S’il n’y avait pas eu la publication de la photo du petit Aylan, François Hollande aurait-il décidé de vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie ?

"Il est difficile de répondre à votre question, cette photo a été un moment de prise de conscience pour l’ensemble des Français".

"Je pense que le président était le mieux placé pour avoir connaissance de tout cela avant les autres".

"Est-ce que la photo a un lien avec l’intervention? La question n’est pas celle-là, la question c’est Daech qui continue à être puissant en Syrie, qui continue depuis la Syrie à organiser des opérations qui mettent en cause de notre sécurité".

"Il est du devoir de la France de s’informer sur place et de frapper".

 

Avant François Hollande parlait de neutraliser Bachar el-Assad, maintenant il veut frapper ses adversaires ?

"La situation est une forme de chaos généralisé. On peut combattre Assad qui massacre son peuple comme on doit combattre Daech".

"Il y a nécessité au-delà de la frappe contre Daech de trouver une solution politique. Quel pouvoir aura la légitimité de diriger le pays? (…) Il faut trouver un débouché politique au-delà d’Assad".

 

Le fameux redressement économique de la France

"La France va mieux. Suffisamment mieuX? Non. Donc il ne s’agit pas de dire +je suis satisfait de ce qui se passe+".

"Nous allons avoir une croissance moyenne sur l’ensemble de l’année de 1% ou un peu au-delà".

"Il faut continuer ou amplifier les politiques que nous avons menées, qui ont expliqué une partie du mieux".

 

Si la France est en train de se redresser, pourquoi François Hollande ne se redresse pas dans les sondages ?

"L’économie et la politique ne sont pas des éléments indexés l’un sur l’autre. Et ce n’est pas parce que la France va mieux que les Français le perçoivent comme tel. Le seul sujet: c’est le chômage".

 

Sur combien de mois le chômage doit-il baisser pour que François Hollande puisse se représenter ?

"Il faut que le chômage baisse durablement. A partir de ce moment-là, vous verrez que l’état d’esprit des Français sera modifié".

 

François Hollande a évoqué une baisse d’impôts sur le revenu pour 8 millions de foyers, soit un peu plus de 2 milliards d’euros. Pour qui?

"Nous ne sommes pas encore dans les détails du dispositif. Depuis 2011, deux ans avant notre arrivée, des décisions de hausse d’impôts sur le revenu ont été prises, par Nicolas Sarkozy et par François Hollande. Il y a des gens qui ne payaient pas d’impôts sur le revenu, qui se sont mis brutalement à en payer (…) Il fallait lutter contre les déficits abyssaux (…) C’était nécessaire à ce moment".

"Maintenant, parce que la France va mieux, nous avons la capacité de diminuer à nouveau les impôts".

"Il va y avoir 8 millions de foyers fiscaux qui vont voir de nouveau leur impôt baisser l’année prochaine".

"Il faut faire des économies pour cela car on ne va pas le faire en augmentant les impôts de l’autre côté ni augmenter le déficit. Nous avons 2 milliards à trouver".

"Le niveau de la dépense publique en France, c’est mille milliards au total. Sur ces mille milliards, vous pensez qu’on n’est pas capable de trouver deux milliards supplémentaires? Moi, je sais que c’est possible".

"J’ai mis en place un système qui s’appelle le STDR, c’est l’endroit où ceux qui avaient des comptes à l’extérieur viennent nous voir et déclarent leur compte. Le nombre de gens qui se déclarent et les sommes que cela ça engendre: cette année plus de 2 milliards 700 millions ont été récupérés par ce biais là (…) J’avais prévu l’année prochaine que cela allait baisser, cela continue à un rythme très élevé".

"Si nous pouvons couvrir la baisse d’impôts des plus pauvres par ceux qui avaient des comptes cachés, cela me parait juste et efficace".

 

Augmentation de la redevance télé

"Il ne s’agit pas de l’augmenter de manière exagérée".

"Un autre élément très important: est ce qu’on change la manière de percevoir cette taxe audiovisuelle. Il y a un vrai débat".

 

Retour de la publicité entre 20h et 21h ?

"Le débat est ouvert (…) C’est une solution, je pense qu’il est nécessaire de l’examiner. Rien n’est décidé, on verra là aussi quels seront les arbitrages".

 

Un rapport va être remis mercredi 9  au Premier ministre sur la réforme du code du Travail, il va falloir modifier la Constitution ?

"Non, il n’y en aura pas besoin, il y aura peut-être une modification du code du travail".   

 

 

 

Pour Michel Sapin, "la France va mieux", mais cela n'est pas encore suffisant.

Commentaires

-