Où est Steve? La maire de Nantes demande des explications "publiques" à Christophe Castaner

Où est Steve? La maire de Nantes demande des explications "publiques" à Christophe Castaner

Publié le :

Vendredi 19 Juillet 2019 - 08:29

Mise à jour :

Vendredi 19 Juillet 2019 - 08:30
© ludovic MARIN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La maire de Nantes a demandé jeudi 18 dans une lettre adressée à Christophe Castaner "sans délai, des explications précises et publiques" sur la charge policière qui aurait conduit à la disparition de  Steve Maia Caniço durant la Fête de la musique. Elle juge qu'"il a été fait un usage excessif de la force".

Près d'un mois après les faits qui ont abouti à la disparition de Steve Maia Caniço, 24 ans, à Nantes lors de la Fête de la musique, de nombreuses zones d'ombre demeurent sur les circonstances malgré plusieurs enquêtes ouvertes, et ils sont nombreux à dénoncer la conséquence dramatique d'une charge policière excessive.

Des faits qui ont suscité peu de réactions de la part de l'exécutif, ce qui a poussé la maire de Nantes, Johanna Rolland, à s'adresser directement au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Dans une lettre dévoilée par un journaliste de Ouest France, elle juge que "de nombreuses questions restent sans réponse concernant une opération policière qui s'est tenue dans notre ville. Il doit désormais y être apporté, sans délai, des explications précises et publiques".

Voir: Un mois après la disparition de Steve à Nantes, enquêtes et zones d'ombre

Vers 4h30 ce 22 juin, des échauffourées avaient éclaté entre participants et policiers, venus exiger l'arrêt de la musique. Certains participants affirment s'être retrouvés aveuglés dans un nuage de gaz lacrymogène alors que de nombreux fêtards étaient éméchés. Un mouvement de panique a suivi et plusieurs fêtards ont chuté dans le fleuve.

Quatorze personnes avaient été repêchées dans la Loire par les secours durant la nuit et beaucoup craignent que Steve soit mort noyé.

"Il a été fait un usage excessif de la force", juge dans son courrier Johanna Rolland, ajoutant que "à ce jour, aucune information n'a été donnée sur leur déroulement. Un mois après les faits, il faut désormais que les investigations aboutissent extrêmement rapidement".

Une plainte collective a été déposée par 89 participants mais aussi par une dizaine de policiers qui dénoncent les violences subies. L'IGPN a été saisie.

Lire aussi:

Gilets jaunes: Christophe Castaner décore des policiers soupçonnés de violences

Après sept mois de "gilets jaunes", Castaner lance une réflexion sur le maintien de l'ordre

Johanna Rolland dénonce un usage excessif de la force par les policiers le soir de la disparition de Steve Maia Caniço.


Commentaires

-