Salon de l'agriculture: passage (presque) obligé pour les présidents de la République (DIAPORAMA)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Salon de l'agriculture: passage (presque) obligé pour les présidents de la République (DIAPORAMA)

Publié le 18/02/2016 à 17:09 - Mise à jour le 26/02/2016 à 09:29
Jacques Demarthon/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Maxime Macé

-A +A

Le Salon de l’agriculture permet aux présidents de la République d’afficher leur attachement à la ruralité et leur proximité avec les professionnels et les visiteurs, une image qui est ensuite retransmise par la télévision.

Pour les hommes politiques, le Salon de l’agriculture, qui célèbre les richesses du territoire, est l’occasion de rencontrer les acteurs de la France rurale venus présenter leurs plus belles productions à Paris.

De Gaulle, qui est à l'origine de la manifestation, Pompidou, Giscard d'Estaing... tous les présidents de la République en fonction s'y sont déplacés, à l'exception notable de François Mitterrand qui avait fait un passage au Salon de l'agriculture comme candidat en 1981, avant d'échapper au rendez-vous pendant les 14 ans de ses deux septennats. En témoigne cette anecdote: au début de l’année 1983, alors que l’un de ses conseillers, Henri Nallet, l’interroge sur sa venue au Salon de l’agriculture, le président rétorque "Laissons ça à Chirac". Et d'ajouter non sans cynisme: "Rocard (à l'époque ministre de l'Agriculture, NDLR) s’en sortira très bien seul".

Le programme est presque toujours le même: rencontre avec les producteurs, dégustation de produits locaux, passage aux stands des animaux de ferme. Et à ce jeu-là, c'est bien Jacques Chirac qui était le plus fort. En dehors de la quantité gargantuesque de nourriture qu'il pouvait avaler au cours de ses (longs) passages au salon, l'ancien chef de l'Etat avait le sens de la formule qui touche le monde agricole. Lors du salon 2005, s'approchant d'imposantes vaches, Jacques Chirac s'écrie: "Ce ne sont pas des bovins, ce sont des chefs d'œuvre".

Durant son mandat, Nicolas Sarkozy, lui, s'y est rendu tous les ans, mais jamais plus de quatre heures, évitant même l'inauguration en 2010. Sa première visite fut particulièrement marquante. En plein bain de foule, il croise un visiteur récalcitrant qui refuse tout contact avec lui. S'en suit un bref et violent échange verbal conclu par un "Casse-toi, pauv' con" de la part du locataire de l'Elysée de l'époque.

Petite phrase toujours pour François Hollande en 2013. Lors de la discussion avec des enfants sur le salon, l'un d'eux souligne qu'il n'avait vu François Hollande que "dans la télé". Le président plaisante un moment sur le fait que c'est "mieux en vrai", puis un autre petit assure qu'il n'a "jamais vu Nicolas Sarkozy". "Ah ben, tu ne le verras plus", répond du tac au tac François Hollande, déclenchant les rires de ses proches dans l'assemblée. 

Une petite pique à laquelle Nicolas Sarkozy répondra deux ans plus tard également au Salon de l'agriculture où un journaliste l'interpelle sur la phrase de François Hollande à son encontre. "Encore une promesse non tenue", répond, hilare, l'actuel président des Républicains.

(Voir ci-dessous un diaporama des présidents de la République au Salon de l'agriculture).

Auteur(s): Maxime Macé


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Jacques Chirac (ici aux côtés de Jean Glavany, son ministre de l'Agriculture de 1998 à 2002) était particulièrement à l'aise au Salon de l'agriculture.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-