Tchad: l'aviation française frappe une colonne armée rebelle venant de Libye

Tchad: l'aviation française frappe une colonne armée rebelle venant de Libye

Publié le 07/02/2019 à 08:11 - Mise à jour à 08:16
© ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

L'aviation française a frappé à plusieurs reprises des forces rebelles aux nord du Tchad qui venaient de Libye. L'opposition tchadienne a dénoncé l'ingérence de la France. 

Une nouvelle fois, l'aviation française a volé au secours du président tchadien Idriss Déby. L'état-major des armées françaises a confirmé ce mercredi soir avoir mené une série de frappes aériennes entre dimanche 3 et mercredi 6. Ces dernières ont visé des colonnes armées des rebelles l'Union des forces de la résistance (UFR) qui avait fait incursion au Tchad depuis la Libye dans le nord-est du pays.

"Partie de Libye, la colonne armée, forte initialement d’une cinquantaine de pickups, n’a pas répondu aux avertissements dissuasifs et aux frappes des forces aériennes tchadiennes les 1er et 2 février puis des forces aériennes françaises le 3 février. Face à cette situation, les autorités tchadiennes et françaises ont décidé de nouvelles frappes, conduites par des Mirage 2000 les 5 et 6 février", indique le communiqué de l'état-major français, qui précise: "L’action des Mirage 2000, engagés depuis la base de Ndjamena, appuyés par un drone Reaper, a permis au total de mettre hors de combat une vingtaine de pickups".

Le pouvoir d'Idriss Déby a dénoncé une tentative de déstabilisation de la part de groupes "terroristes" comme le veut la nouvelle dénomination des groupes rebelles par le régime. L'opposition a fustigé une intervention "dangereuse" et "illégitime" de la part de la France,

Lire aussi - Tchad: nouvelle Constitution adoptée, les pouvoirs du président renforcés

L'UFR avait déjà mené une impressionnante offensive contre le pouvoir d'Idriss Deby en 2008 depuis le Soudan qui avait fait chanceler le régime de celui qui a arrivé au pouvoir en 1990 en renversant son ancien allié Hissène Habré avec le soutien de Paris. L'offensive rebelle avait échoué devant le palais présidentielle grâce à un décisif soutien français, apportant logistiques et renseignement au pouvoir en place. L'opposition avait alors dénoncé l'engagement des soldats français aux côtés des forces tchadiennes loyalistes ce que Paris a toujours nié.

La France et le Tchad ont signé en 1976 un accord de coopération militaire technique. Ce dernier ne permet pas eux forces françaises d'intervenir directement dans le pays sauf à la demande du gouvernement de N'Djamena.

La France a donc décidé de soutenir un allié de premier plan dans sa guerre contre les groupes terroristes au Sahel. Si N’Djamena héberge le commandement de Barkhane et celui de la force multinationale mixte contre Boko Haram, les forces tchadiennes ont également été engagées en première ligne en 2013 au Mali dans le cadre de l'opération Serval, notamment lors des rudes combats dans le massif des Ifoghas, sanctuaire des groupes djihadistes.

Comme l'exige la Constitution française, le Premier ministre, Edouard Philippe, a officiellement informé ce mercredi les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat des frappes menées au Tchad "contre des groupes armés venus de Libye, en réponse à une demande d'assistance des autorités tchadiennes".

Voir:

Attaque de Boko Haram sur le lac Tchad: six morts et 17 djihadistes abattus

Tchad: la répression se durcit chez l'allié africain de l'Occident, selon des témoignages

Tchad: 9 soldats et 40 djihadistes tués dans une attaque de Boko Haram

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


L'aviation française a frappé des forces rebelles aux nord du Tchad.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-