UDI: Yves Jégo quitte la vie politique pour rejoindre une start-up

UDI: Yves Jégo quitte la vie politique pour rejoindre une start-up

Publié le :

Mardi 19 Juin 2018 - 08:26

Mise à jour :

Mardi 19 Juin 2018 - 08:28
Après 28 ans de vie politique, le député UDI Yves Jégo a annoncé ce mardi sa volonté de quitter son poste à l'Assemblée nationale. Il va désormais s'occuper "de développement durable en dirigeant une belle start-up innovante dans le secteur de la transition énergétique".
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Il veut à tout prix éviter "l'usure du pouvoir". L'ancien maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), Yves Jégo a annoncé ce mardi 19 qu'il quittait la vie politique, et par conséquent son mandat de député UDI, pour se consacrer à sa vie professionnelle.

"C'est avec une profonde reconnaissance pour tous ceux qui m'ont accompagné et soutenu (...) et fier d'un parcours électif (...) qui m'a conduit jusqu'au gouvernement, que je quitterai sans regret mi-juillet la vie parlementaire et la vie politique nationale", a expliqué dans une interview au Parisien l'ancien secrétaire d'Etat chargé de l'Outre-Mer.

Lire aussi - Assemblée nationale: Ciotti (LR) et Jégo (UDI) élus questeur et vice-président

"J'ai pris cette décision après 28 ans de vie politique, 16 ans de vie parlementaire, j'ai été élu quatre fois député, quatre fois maire. La vie politique n'est pas un viager. Je l'ai vécue avec passion mais j'ai envie aujourd'hui d'aller m'investir ailleurs", a-t-il ajouté. L'ancien maire, qui compte finir toutefois son mandat de conseiller municipal, a d'ailleurs souligné que ce retrait représentait un défi pour lui: "En prenant cette décision, je n’ai pas fait le choix de la facilité: je suis vice-président de l’Assemblée nationale, ancien ministre, c’est confortable; j’ai un beau bureau, un chauffeur, des collaborateurs, une reconnaissance sociale, je préside l’Assemblée régulièrement, socialement tout va bien".

Yves Jégo va désormais s'occuper "de développement durable en dirigeant une belle start-up innovante dans le secteur de la transition énergétique". "J'arrive à un moment de ma vie où je veux être le plus utile possible pour l'intérêt général. Aujourd'hui, ça n'est -hélas- plus au sein de nos institutions que je peux l'être", déplore le député qui ne cherche "surtout pas à verser dans l'antiparlementarisme".

Un point toutefois tempéré par ce jugement: "le monde a changé plus vite que les institutions. Le Parlement est devenu un outil conservateur plutôt qu’un levier d’innovation et d’anticipation".

 

Yves Jégo quitte la vie politique.


Commentaires

-