Colombie: le cessez-le-feu avec les FARC est prolongé jusqu'en décembre

Colombie: le cessez-le-feu avec les FARC est prolongé jusqu'en décembre

Publié le :

Vendredi 14 Octobre 2016 - 12:40

Mise à jour :

Vendredi 14 Octobre 2016 - 12:56
©Don Emmert/Afp
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le président colombien a annoncé jeudi, la prolongation jusqu'au 31 décembre du cessez-le-feu avec les Farc. Juan Manuel Santos espère trouver avant cette date "un nouvel accord" de paix avec la guérilla.

Presque 15 jours après le rejet du référendum par les Colombiens sur l'accord de paix signé avec les Farc, le président Juan Manuel Santos a annoncé jeudi 13, la prolongation du cessez-le-feu jusqu'au 31 décembre. Celui-ci devait expiré le 31 octobre. Les négociations ont repris pour tenter de sauver l'accord de paix mettant fin à 52 ans de conflit.

"J'ai pris la décision de proroger le cessez-le-feu bilatéral jusqu'au 31 décembre. Que les choses soient claires: ce n'est ni un ultimatum, ni une date limite, mais j'espère que ce processus pour parvenir à un nouvel accord se terminera bien avant cette date", a déclaré le président colombien dans une allocution télévisée.

Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc avait signé un accord historique sur un cessez-le-feu définitif et le désarmement de la rébellion. Après un demi-siècle de conflit, l'espoir de voir la rébellion Farc en Colombie n'avait jamais été aussi fort. L'accord n'était pas encore définitif, mais le 26 septembre, le président colombien, avait signé un autre accord de paix avec le chef de la guérilla marxiste, Timoleon Jiménez, alias Timochenko. Mais le rejet par le référendum de ce pacte, le 2 octobre a plongé le pays dans une crise et remis en question la paix.

Depuis Juan Manuel Santos, auréolé du prix Nobel de la paix 2016, se bat pour sauver l'accord mettant fin à 52 ans de conflit. Le chef de l'Etat doit désormais présenter ses propositions aux rebelles, à la table des négociations à la Havane, à Cuba. Les Farc se sont dits ouverts à de nouvelles idées. 

La trêve pourrait être à nouveau étendue, mais Santos a dit espérer l'approbation d'un nouvel accord bien avant la date limite."Nous allons l’obtenir. Nous allons réussir à en finir pour toujours avec la violence, réussir le retour des déplacés vers leurs foyers. (…) Nous ne pouvons manquer cette opportunité", a t'il ajouté.

 

 

Le président Juan Manuel Santos va présenter ses propositions aux rebelles qui se disent ouverts à de nouvelles idées.

Commentaires

-