Corée du Nord: Kim Jong-Un déterminé à développer son programme nucléaire en 2018

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Corée du Nord: Kim Jong-Un déterminé à développer son programme nucléaire en 2018

Publié le 01/01/2018 à 09:07 - Mise à jour à 09:08
© STR / KCNA VIA KNS/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a envoyé un message à son peuple et au reste du monde lors du Nouvel An. Il a assuré persévérer dans ses ambitions militaires, et promis de produire encore plus de têtes nucléaires et de missiles balistiques.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a promis lundi de produire en masse têtes nucléaires et missiles balistiques, dans un message du Nouvel An qui témoigne de sa détermination à réaliser ses ambitions militaires envers et contre tout.

Pyongyang a considérablement intensifié ses efforts au cours de l'année écoulée pour dérouler ses programmes nucléaire et balistique interdits malgré de multiples sanctions de l'ONU et la rhétorique de plus en plus belliqueuse émanant de Washington.

Kim Jong-Un, qui a assuré avoir en permanence sur son bureau le bouton de l'arme atomique, a présidé en septembre au sixième test nucléaire nord-coréen, le plus puissant à ce jour.

Il a également supervisé pendant l'année plusieurs essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), assurant que le Nord était capable de frapper le territoire continental américain et était devenu un Etat nucléaire à part entière.

"Nous devons produire en masse des têtes nucléaires et des missiles et accélérer leur déploiement", a déclaré M. Kim dans son adresse annuelle à la nation. Il a répété que le Nord avait atteint son but, accéder au statut d'Etat nucléaire, et souligné que ses programmes d'armement étaient de nature défensive.

"Nous devons toujours nous tenir prêts à mener des contre-attaques nucléaires immédiates contre les projets ennemis de guerre nucléaire", a-t-il martelé.

Le président américain Donald Trump a riposté aux opérations militaires nord-coréennes en alliant les menaces - il s'est engagé à la tribune de l'ONU à "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d'attaque lancée par Pyongyang - et les insultes à l'endroit de Kim Jong-Un, qualifié de "petit homme-fusée".

Pour certains experts, cette surenchère dans l'injure et l'outrance pourrait avoir eu l'effet inverse de celui escompté, en encourageant Pyongyang dans sa fuite en avant. D'autant que le Nord justifie ses ambitions nucléaires par la menace américaine.

La Corée du Nord "peut affronter n'importe quelle menace nucléaire des Etats-Unis, elle dispose d'une (force de) dissuasion forte qui est capable d'empêcher les Etats-Unis de jouer avec le feu", a lancé M. Kim.

"Le bouton nucléaire est toujours sur mon bureau. Les Etats-Unis doivent prendre conscience que ce n'est pas du chantage mais la réalité", a-t-il averti.

Les nouvelles déclarations du numéro un nord-coréen surviennent alors qu'un ancien haut responsable militaire américain a prévenu que les Etats-Unis n'avaient "jamais été aussi proches" d'une guerre nucléaire avec le Nord.

La présidence Trump "est incroyablement déstabilisante", a déclaré l'ex-chef d'état-major américain Mike Mullen sur la chaîne ABC.

"Nous n'avons, à mon avis, jamais été aussi proches d'une guerre nucléaire avec la Corée du Nord et dans la région", a dit celui qui fut le chef d'état-major du républicain George W. Bush et du démocrate Barack Obama. "Je ne vois pas comment on pourrait résoudre tout ceci par la voie diplomatique".

Comme on l'interrogeait dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, sur le "bouton nucléaire", M. Trump s'est borné à répondre: "on verra, on verra".

Pyongyang justifie ses programmes militaires par la nécessité de se protéger de Washington. Il considère les opérations militaires américaines dans la région, à l'instar des manoeuvres conjointes entre Washington et Séoul, comme la répétition d'une invasion de son territoire.

Si le Nord inquiète la communauté internationale en testant des ICBM à la portée toujours plus longue, les analystes préviennent qu'une intervention militaire américaine pourrait dégénérer en guerre catastrophique, mettant la vie de millions de personnes en jeu.

Les critiques du Nord l'accusent de vouloir réunifier par la force la péninsule divisée depuis 70 ans.

M. Kim a néanmoins fait un geste envers Séoul lundi, laissant entendre pour la première fois que le Nord pourrait envoyer le mois prochain une délégation aux jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud.

Le risque de frappe préventive américaine est "plus élevé que jamais" et M. Kim veut par cette main tendue abandonner "la confrontation au profit de la coexistence pacifique avec les Etats-Unis", a jugé Koh Yu-Hwan, professeur de sciences politiques à l'Université Dongguk.

"Quand il dit que le bouton nucléaire est sur son bureau, il laisse entendre que le Nord n'a pas besoin de mener des essais nucléaires ou d'ICBM dans un avenir prévisible" même s'il veut développer "des capacités massives de représailles nucléaires", a-t-il relevé.

La communauté internationale a multiplié les mesures de rétorsion contre Pyongyang, avec trois trains de sanctions cette année, dont le dernier vise le pétrole et les travailleurs nord-coréens à l'étranger. Mais le Nord n'a montré aucun signe de vouloir en rabattre.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Kim Jong-Un a aussi assuré que, comme Trump, il avait un "bouton nucléaire" sur son bureau.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-