Guerre de Bosnie: Radovan Karadzic reconnu coupable de génocide, 40 ans de prison

Guerre de Bosnie: Radovan Karadzic reconnu coupable de génocide, 40 ans de prison

Publié le :

Jeudi 24 Mars 2016 - 17:57

Mise à jour :

Jeudi 24 Mars 2016 - 20:46
©Michael Kooren / POOL / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Plus de vingt ans après le début de la guerre de Bosnie-Herzégovine, l'ancien chef des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a été condamné à quarante ans de prison par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye (TPIY). Il a été reconnu pénalement responsable du siège de Sarajevo et du génocide de Srebrenica.

Vingt-quatre ans après le début de la guerre en Bosnie-Herzégovine, le verdict est tombé. L'ancien chef des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, 70 ans, a été condamné ce jeudi 24 mars à 40 ans de prison. Au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye (TPIY), le juge O-Gon Kwon l'a reconnu "pénalement" responsable du siège de Sarajevo, qui a coûté la mort à 11.500 personnes entre 1992 et 1995. L'accusé a également été reconnu coupable du massacre en juillet 1995 de près de 8.000 hommes et garçons musulmans à Srebrenica, le pire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Une tuerie qualifiée de génocide et qui, selon l'accusation, s'inscrivait dans le cadre du "nettoyage ethnique" planifié avec le général Ratko Mladic et l'ancien président serbe Slobodan Milosevic après le démantèlement de la Yougoslavie. Le vieil homme a en revanche été acquitté d'une accusation de génocide dans sept municipalités de Bosnie. Il a aussitôt fait appel.  

Psychiatre de formation, Radovan Karadzic, arrêté en 2008, voulait, selon l'accusation, diviser la Bosnie et chasser les musulmans et les Croates des terres revendiquées par les Serbes de Bosnie. Il était inculpé de onze chefs d'accusation pour génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis pendant la guerre en Bosnie qui a fait plus de 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995. Depuis la mort de Slobodan Milosevic en 2006, Karadzic, qui risque de finir ses jours dans une cellule néerlandaise, était le plus haut responsable à être jugé pour des crimes commis pendant cette guerre.

Le jugement, suivi en direct à Sarajevo, et dans d'autres villes de Bosnie a été rendu devant de nombreuses victimes, dont des anciens détenus des camps et des mères de Srebrenica, ainsi que des diplomates et journalistes venus du monde entier. Mais, si pour de nombreuses victimes il arrive trop tard, beaucoup de Serbes considèrent encore Radovan Zaradzic comme un "héros" de la guerre en Bosnie. Au cours de la lecture du verdict, plusieurs internautes russes ou serbes lui ont manifesté leur soutien sur Internet, via les réseaux sociaux ou sur YouTube.

Un "héroisme" auquel le principal interessé semble croire."J'ai mené un combat permanent pour préserver la paix, prévenir la guerre et réduire la souffrance de tous les gens, indépendamment de leur religion", déclarait-il ainsi à Birn, un réseau serbe d’information sur des sujets de justice, à la veille du verdict.

 

Radovan Karadzic était le plus haut responsable jugé pour des crimes commis pendant la guerre de Bosnie.

Commentaires

-