Jérusalem: violents affrontements sur l'esplanade des Mosquées

Auteur(s)
MM
Publié le 13 septembre 2015 - 11:19
Image
Esplanade des Mosquées de jour.
Crédits
©Wikimedia Commons
Le site de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem a été le théâtre d'affrontements entre policiers israéliens et manifestants palestiniens ce dimanche
©Wikimedia Commons
Des heurts violents entre la police israélienne et des Palestiniens ont eu lieu dimanche matin sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem avant la célébration de la nouvelle année juive.

La tension était à son comble en Israël dimanche 14, veille de la fête juive de Roch Hachana qui marque la nouvelle année dans le calendrier hébreu. Ce dimanche, des affrontements violents entre policiers israéliens et manifestants palestiniens ont eu lieu sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem.

D'après des témoins musulmans, les forces de l'ordre israéliennes sont entrées dans la mosquée al-Aqsa, troisième lieu saint de l'islam, et provoqué des dégâts. Une information démentie par  Luba Samri, porte-parole de la police de l'Etat hébreu, qui a expliqué que les policiers s'étaient contentés de fermer les accès à la mosquée al-Aqsa.

Toujhours selon la police, des jeunes manifestants palestiniens se sont barricadés durant la nuit de samedi à dimanche dans la Mosquées Al-Aqsa en vue de "perturber" les visites de juifs avant le début des célébrations dimanche soir du nouvel an juif fêté lundi et mardi. En effet, l'esplanade des Mosquées, le Mont du Temple pour les juifs, est également le premier lieu saint du judaïsme. Bien qu’Israël ait conquis Jérusalem-Est lors de la guerre des Six Jours en 1967, un accord avait été trouvé avec les autorités religieuses musulmanes sur le statut de l’esplanade des Mosquées. Actuellement, seuls les musulmans ont l’autorisation de venir prier sur ce lieu, bien que les fidèles des autres communautés religieuses puissent y accéder sans avoir la possibilité d’y prier. Les juifs ont le droit de se rendre sur le site à certaines heures et sous stricte surveillance. L’extrême-droite religieuse israélienne est particulièrement opposée à ce statu quo et manifeste régulièrement son mécontentement.

Ces incidents surviennent à la suite de la décision du ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon, qui a déclaré mercredi 9 "illégal le mouvement des +mourabitoun+", un groupe musulman qui affirme défendre l'esplanade des Mosquées dans de bruyantes manifestations lors de la venue de juifs religieux à Jérusalem, près de la mosquée Al-Aqsa. Nombre d'entre eux ont déjà été interdits d'accès à titre individuel comme fauteurs de troubles. Cette semaine, le ministère israélien de la Défense a donc interdit tout le mouvement au nom de "la sécurité de l'Etat".