"La vérité n'est pas la vérité": quand Giuliani défend Trump dans l'affaire russe (vidéo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"La vérité n'est pas la vérité": quand Giuliani défend Trump dans l'affaire russe (vidéo)

Publié le 20/08/2018 à 17:11 - Mise à jour à 17:22
© Don EMMERT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Interrogé sur les soupçons de collusion qui pèse sur Donald Trump, notamment sur une ingérence russe dans la campagne présidentielle, son avocat Rudolph Giuliani s'est illustré dimanche avec la réplique "la vérité n'est pas la vérité".

Il y a eu les "faits alternatifs", à présent c'est la phrase "la vérité n'est pas la vérité" ("truth isn't truth" en version originale) qui amuse les détracteurs de Donald Trump et de son administration.

Celle-ci a été prononcée par Rudolph Giuliani, ex-maire de New York qui a récemment rejoint l'équipe d'avocats de Donald Trump. Il était interrogé dimanche 19 sur NBC News dans l'émission Meet the Press sur la rencontre entre le fils du président, Donald Trump Jr., et l'avocate russe Natalia Veselnitskaya, qu'il pensait être une émissaire du gouvernement russe capable de fournir des informations sur Hillary Clinton.

Alors que le président des Etats-Unis se débat avec les accusations d'ingérence russe dans la campagne, Michael Cohen, ancien avocat de Donald Trump, assure que ce dernier a approuvé ce rendez-vous. Pour sa défense, le clan Trump a répondu que l'avocate n'avait finalement aucune information à donner.

Le journaliste de NBC Chuck Todd a fait remarquer à Rudy Giuliani que le simple fait que le fils du candidat ait accepté l'entretien avec l'aval de son père peut constituer "en soi une tentative de collusion" impliquant le président.

Voir: Selon son ex-avocat, Trump a approuvé une rencontre avec une avocate russe

"Je ne vais pas le pousser à témoigner pour qu'il soit piégé par le parjure", a défendu l'avocat. Car pour lui, Donald Trump pourrait être accusé de mentir en donnant "sa version de la vérité, pas LA vérité".

"La vérité est la vérité", a répondu le journaliste. Mais Rudy Giuliani ne s'est pas démonté et a rétorqué que "non, la vérité n'est pas la vérité". Il a pris pour exemple les accusations de Michael Cohen ou de l'ex-patron du FBI James Comey contre Donald Trump et contestées par celui-ci. "Quelle version est la vérité?", a argué l'ancien maire de New York.

Les proches de Donald Trump affirment régulièrement que le procureur cherche un faux prétexte pour faire témoigner sous serment le président des Etats-Unis et le prendre ainsi au "piège du parjure". Mentir devant une autorité fédérale lui couterait en effet son siège.

Les hashtags "TruthIsTruth" et "TruthIsntTruth" ont depuis fleuri sur Twitter. "En trois mots, Giuliani saisit parfaitement la vision des faits de son patron - et, par extension, les points de vue de ses fans et inconditionnels. Lorsque quelque chose (...) est ouvert à interprétation, rien ne peut être prouvé et personne ne peut être jugé coupable. Et c'est ce que Trump aime", résume l'éditorialiste du Washington Post James Downie.

Lire aussi:

Enquête russe: Donald Trump crie au "Maccarthysme" 

Revirement de Trump sur l'ingérence russe: maladresse ou peur du "kompromat"?

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Pour Rudolph Giulianij, s'il était entendu par la justice, Donald Trump pourrait donner "sa version de la vérité, pas la vérité".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-