Croissance: augmentation "surprise" en France au troisième trimestre

C'est toujours ça

Croissance: augmentation "surprise" en France au troisième trimestre

Publié le :

Vendredi 14 Novembre 2014 - 09:25

Mise à jour :

Samedi 15 Novembre 2014 - 13:59
La croissance est revenue en France au troisième trimestre 2014, avec en prime un taux de 0,3%, supérieur aux prévisions. Un chiffre qui renferme tout de même quelques inégalités entre public et privé et entre consommation et investissement.
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :
-A +A

C'est une toute petite bonne surprise pour la croissance, mais la sortie de crise semble encore si loin qu'on s'en contentera. L'Insee a  annoncé ce vendredi que le PIB français avait augmenté de 0,3% au troisième trimestre 2014, alors que les prévisions les plus optimistes affichaient +0,2%. Un résultat qui "conforte" pour le ministre des Finances Michel Sapin l'hypothèse d'une croissance de 0,4% sur l'ensemble de l'année 2014. Certes, au début de l'année le gouvernement espérait 1%, et les 60 engagements de François Hollande en 2012 tablaient sur 2% de croissance en 2014 et jusqu'à 2,5% en 2015. Michel Sapin, a par ailleurs jugé ce taux du dernier trimestre encore "trop faible" pour créer des emplois.

Petit bémol, l'Insee a également revu à la baisse son annonce de stagnation du PIB au deuxième trimestre 2014. Il aurait en réalité diminué de 0,1%. Les optimistes diront que la reprise du troisième trimestre n'en est que plus forte.

Cette croissance est tirée par la consommation, notamment en raison de la baisse des prix de l'énergie et du cours de l'euro. La consommation des ménages a augmenté (+0,2%) celle des administrations publiques encore plus (+0,8%). L'idée d'une croissance sous perfusion de fonds publics s'insinue donc.

Mais le plus inquiétant reste l'évolution de l'investissement. Dans l'ensemble (public et privé), il a reculé de 0,6%. Celui des ménages, essentiellement tourné vers le logement, à baissé de 1,7%, celui des administrations publiques diminue de 1,2%. C'est le plus fort recul depuis le début de l'année. 

Pour Michel Sapin, la croissance de 0,4% en 2014 sera au rendez-vous.

Commentaires

-