Investir dans le vin sans modération, Bacchus à l’heure des placements rentables

Investir dans le vin sans modération, Bacchus à l’heure des placements rentables

Publié le 29/10/2019 à 14:37 - Mise à jour à 14:46
GEORGES GOBET / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Diversifier ses investissements fait partie des conseils de tous les spécialistes financiers. Et aujourd’hui, investir dans le vin semble séduire de plus en plus d’investisseurs. Alors  le vignoble, un domaine rentable pour votre épargne ?

Le vin n’est plus, depuis de nombreuses années, un bien de consommation comme les autres. Les vignerons français doivent faire face, comme leurs confrères de tous les autres continents, à une explosion de la demande mondiale. Cet accroissement continu de la demande a fait du vin un produit de placement de prestige. Chaque seconde, 760 litres de vins sont bus à travers le monde.

Les industriels  misent sur l’avenir en acquérant des vignobles de renom, notamment en France mais aussi en suivant les tendances du moment comme avec les productions du vignoble australien notamment. Les investisseurs eux bénéficient des placements spécialisés dans le vin grâce auxquels il est devenu aisé et rapide d'investir dans une solution de placement du vin (FCP, …). Investir dans le vin peut aussi être une ambition à organiser en gérant sa propre cave, à condition de respecter quelques règles simples de gestion.

 

Gérer sa cave, quand le plaisir devient aussi une forme d’investissements

Bien que le marché viticole soit moins soumis aux fluctuations et à la volatilité que les marchés financiers, spéculer sur la hausse du prix d'un vin implique la prise en compte de multiples paramètres : conditions météorologiques, qualité et quantité de la récolte, niveau qualitatif de la concurrence, conditions optimales de conservation, évolution de la demande mondiale.   Cela doit conduire l’investisseur à diversifier ses placements. En d’autres termes, investir dans le vin doit conduire à sélectionner plusieurs appellations. Bourgogne, Bordeaux, Alsace, mais aussi vins chinois, chiliens ou américains, rien ne doit être ignoré, et le choix ne doit plus se faire en fonction de ses propres préférences.

Même si les producteurs de vins blancs s’efforcent de redorer leur image, à l’image des efforts déployés par l’appellation Sauternes, l’investisseur doit prendre en compte la forte hausse de la consommation de vins rouges en Chine notamment.  Cette diversification de l’investissement pourra s’appuyer sur des valeurs sures, comme les premiers crus classés du Bordelais ou encore les grands crus du vignoble de Bourgogne, mais aussi s’adosser à la découverte de vins moins connus mais appelés à prendre de la valeur, comme c’est le cas actuellement avec la multiplication des vins bios.

Investir dans le vin apparaît donc comme étant réservé à des œnologues avertis , d’autant plus que cette forme d’investissement nécessite une conservation optimale des précieux breuvages. Bien qu’il faille suivre certains conseils pour apprendre à bien choisir son vin, l’investissement profitable se définira principalement par la passion et la connaissance de l’investisseur lui-même. Et parce que le vin est aussi un plaisir à consommer avec modération, les spécialistes financiers préconisent de ne pas consacrer plus de 10 % de sa capacité d’investissement à ce type de placement viticole.  

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Des vendanges à l'investissement, le vin comme support de placement bénéfique !

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-