Drones: trois personnes interpellées près d'une centrale nucléaire

Drones: trois personnes interpellées près d'une centrale nucléaire

Publié le :

Jeudi 06 Novembre 2014 - 08:25

Mise à jour :

Jeudi 06 Novembre 2014 - 08:28
Premières arrestations après une série de survols de centrales nucléaires par des drones ces dernières semaines en France. Trois personnes, en possession d'un de ces engins volants télécommandés, ont été interpellées près de la centrale de Belleville-sur-Loire (Cher), et placées en garde à vue.
©Don McCullough/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Trois personnes d'une vingtaine d'années (deux hommes et une femme) ont été arrêtées mercredi 5 en possession d'un drone à proximité de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher).

Ils ont été interpellés par hasard par une patrouille de gendarmerie en milieu d'après-midi "à une centaine de mètres" des installations, selon les autorités.

Selon RTL, l'un des deux hommes serait salarié d’un prestataire de la centrale. Selon iTélé, il s'agit de deux hommes âgés de 24 et 31 ans et d'une femme de 21 ans, inconnus des services de police.

Ils ont été placés en garde à vue pour "survol volontaire par pilote d'un aéronef d'une zone interdite", selon Marie-Pierre Viret, substitut du procureur de Bourges, qui a précisé cependant que "la centrale n'a pas été survolée, le drone est resté aux abords" des installations.

Ces interpellations interviennent alors qu'une série de survols de centrales nucléaires par des drones ont eu lieu ces dernières semaines dans plusieurs régions de France.

Un drone avait été repéré aux abords de cette même centrale de Belleville-sur-Loire le week-end dernier et, lundi 3, un autre appareil avait survolé l'ancien réacteur Superphénix de Creys-Malville (Isère), en cours de démantèlement.

Durant le mois d'octobre, sept centrales nucléaires avaient été survolées par des "aéronefs assimilables à des drones", une information rendue publique par EDF, qui a porté plainte.  Il s'agissait des centrales de Creys-Malville (Isère), Gravelines (Nord), Chooz (Ardennes), Cattenom (Moselle), Nogent-sur-Seine (Aube), Blayais (Gironde), et Bugey (Ain) sont concernées.

Les drones civils, légers et non-armés, ne constituent pas a priori une menace physique directe. Mais certains peuvent transporter des objets de taille modeste ou être équipés de caméras.

Selon iTélé, le drone avec lequel ont été interpellées les trois personnes aux abords de la centrale de Belleville-sur-Loire ce mercredi 5 serait un appareil sophistiqué, mais de moins d'un mètre d'envergure.

Les drones civils peuvent être munis de caméras et survoler des sites stratégiquement sensibles.


Commentaires

-