Enlèvement de Jacqueline Veyrat: 5 nouvelles gardes à vue

Enlèvement de Jacqueline Veyrat: 5 nouvelles gardes à vue

Publié le :

Lundi 11 Décembre 2017 - 17:39

Mise à jour :

Lundi 11 Décembre 2017 - 18:00
©Victor/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement de Jacqueline Veyrac, survenu il y a plus d'un an, cinq nouvelles personnes ont été interpellées ce lundi et placées en garde à vue. Elles sont suspectées d'être impliquées dans le rapt de la riche héritière et de sa séquestration.

Nouvelles interpellations. Selon une information rapportée ce lundi 11 par Nice-Matin, cinq nouvelles personnes (quatre hommes et une femme) ont été appréhendées dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement de Jacqueline Veyrac, survenu il y a plus d'un an. Placées en garde à vue, elles sont suspectées par les enquêteurs d’être impliquées dans le rapt et la séquestration de la riche héritière. A ce stade, ils tentent donc de déterminer s'il y a, parmi les interpellés, un ou plusieurs ravisseurs. Au total, 16 personnes ont déjà été mises en cause dans cette affaire et neuf d'entre elles sont écrouées. 

Pour rappel, Jacqueline Veyrac, dont la famille est propriétaire du Grand Hôtel à Cannes (un palace de la croisette) et de La Réserve (un restaurant niçois réputé), avait été enlevée le 26 octobre 2016 près de son domicile de Nice. La septuagénaire sortait d'une pharmacie située à l'angle du boulevard Gambetta et de l'avenue Emilia lorsque deux individus cagoulés étaient sortis d'un van pour lui sauter dessus. Elle avait été libérée deux jours plus tard grâce à la curiosité d'un voisin. Elle se trouvait dans une Kangoo blanche, allongée sur le plancher du véhicule.

Lire aussi: Enlèvement de Jacqueline Veyrac à Nice, la piste crapuleuse se confirme

Selon les informations recueillies lors de l'enquête, c'est un restaurateur italien qui aurait commandité l'enlèvement. Installé à Nice, il avait géré entre 2007 et 2009 le restaurant gastronomique de la famille Veyrat. Mais sa société avait été mise en liquidation et l'homme aurait gardé une rancœur envers la propriétaire de l'établissement. Il aurait voulu se venger en la kidnappant et en réclamant une rançon pour récupérer l'argent qu'il avait perdu à l'époque.

Cible privilégiée des malfaiteurs, la vieille dame avait déjà fait l'objet d'une tentative de kidnapping devant son garage en 2013. Mais, grâce à l'intervention d'une voisine et au sifflet de son défunt mari gendarme, les assaillants avaient renoncé et avaient préféré s'enfuir.

Cinq nouvelles personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le rapt de Jacqueline Veyrat.

Commentaires

-