Gard: menacé à cause de la Une du "Point" sur Erdogan, un kiosquier porte plainte

Gard: menacé à cause de la Une du "Point" sur Erdogan, un kiosquier porte plainte

Publié le :

Jeudi 31 Mai 2018 - 18:15

Mise à jour :

Jeudi 31 Mai 2018 - 18:16
Un kiosquier a été menacé par un homme, mercredi à Nîmes (Gard), à cause de la Une du "Point", représentant Recep Tayyip Erdogan (le président turc) sous le titre "le dictateur". Il a décidé de porter plainte. Cet incident n'est pas le premier du genre. Dans le Vaucluse, deux kiosquiers ont également été la cible de menaces en début de semaine.
© ADEM ALTAN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Effrayés, ils ont obtempéré. Les gérants d'un kiosque de presse à Nîmes (Gard) ont été menacés mercredi 30 par un individu qui n'a pas apprécié la Une du magazine hebdomadaire Le Point, sur le président turc Erdogan, qualifié de "dictateur" en titre.

Les faits se sont déroulés mercredi matin vers 10h30. L'homme s'est approché des responsables et leur aurait crié, selon leur témoignage recueilli par Midi-Libre, "tu enlèves tes affiches où on revient tout casser".

A 12h30, pour éviter tout acte de vandalisme et de violence, les affiches ont été retirées sur conseils de la direction nationale de Mediakiosk. Puis elles ont à nouveau été placardées vers 17h. Pour finalement être définitivement rangées à la fermeture du kiosque, puisqu'un nouveau Point sortait ce jeudi 31.

Nicolas, gérant du point de vente en question, a décidé de porter plainte. La police avait par ailleurs assuré la sécurité du commerce jusqu'à sa fermeture, toute la journée de mercredi.

Lire aussi: "#Assez" ou "#encore"? La guerre entre pro et anti-Erdogan fait rage sur Twitter

Ce n'est pas la première fois cette semaine qu'un incident de ce genre se produit. Dans le Vaucluse, deux kiosquiers (au Pontet et à Valence) ont été la cible de menaces pour les mêmes raisons.

Ces agissements ont été vivement condamnés par les sociétés responsables de l'affichage dans les kiosques et différents tabac-presse. Le Point, de son côté, s'est insurgé contre cette campagne de harcèlement.

Le président Emmanuel Macron lui-même a réagi. Il a jugé la situation "parfaitement inacceptable", ajoutant: "La liberté de la presse n'a pas de prix. Sans elle, c'est la dictature".

A Nîmes, dans le Gard, un kiosquier a été menacé à cause des affiches de la Une du "Point", représentant Erdogan sous le titre "le dictateur". Il a porté plainte.


Commentaires

-