Il défigure son ex-compagne à l'acide: 12 ans de prison

Il défigure son ex-compagne à l'acide: 12 ans de prison

Publié le :

Vendredi 12 Juin 2015 - 17:15

Mise à jour :

Vendredi 12 Juin 2015 - 17:27
©Thomas Bresson/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Un homme a été condamné par la cour d'assises des Yvelines pour avoir jeté au visage de son ex-compagne de l'acide, faisant perdre à cette dernière l'usage d'un œil. Malgré un alibi invérifiable et des déclarations contradictoires, l'homme n'a jamais reconnu les faits.

Un homme âgé de 51 ans a été condamné par la cour d’assises des Yvelines à douze ans de réclusion criminelle pour avoir défiguré son ex-compagne en lui projettant de l’acide en plein visage. Les faits s’étaient produits dans un hall d’immeuble dans la nuit du 9 au 10 septembre 2011.

Cette nuit-là, aux environs de 2 heures du matin, une femme âgée de 46 ans rentre chez elle après sa journée de travail. Arrivée dans son immeuble de Mantes-la-Jolie, un homme, capuche sur la tête, surgit et lui jette immédiatement à la figure de l’acide, ce qui lui occasionnera d’importantes brûlures lui faisant perdre l’usage de l'œil gauche. Elle gardera en outre un "important traumatisme psychologique".

La femme n’a pas pu voir son agresseur mais les soupçons de la police se tourne rapidement vers son ancien compagnon avec qui elle s’était "mariée religieusement" cinq mois auparavant avant de s’en séparer. L’individu, de nationalité algérienne, a toujours nié les faits. Il a reconnu cependant avoir envoyé à son ex-compagne "154 SMS menaçants" et a prétendu dans un premier temps, comme alibi, avoir passé la soirée à l’hôpital pour y passer des examens, ce qui n’a jamais été démontré, avant d’accuser ensuite un intermédiaire qu’il aurait payé pour accomplir la basse besogne. L’intermédiaire en question n’a pas été poursuivi et l’accusé s’est ensuite rétracté, niant avoir commandité le crime.

Outre sa peine de prison, l’homme a également été condamné à une interdiction définitive du territoire français à l’issue de sa peine, et devra en outre rembourser 20.000 euros au Fonds de garantie des victimes.

 

Malgré ses dénégations, l'homme a été reconnu coupable de l'agression.

Commentaires

-