Journée mondiale contre l'excision: 60.000 femmes touchées par ce fléau en France

Dix ans de prison encourus en France

Journée mondiale contre l'excision: 60.000 femmes touchées par ce fléau en France

Publié le :

Mardi 06 Février 2018 - 15:42

Mise à jour :

Mardi 06 Février 2018 - 15:49
"Tolérance zéro" à l'égard des mutilations génitales: une campagne est lancée lundi, à la veille de la journée mondiale contre l'excision, pour sensibiliser les adolescentes à ces violences qui touchent près de trois millions de jeunes filles chaque année dans le monde.
©Capture d'écran/YouTube
PARTAGER :

Auteur(s) : La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il s'agit d'une expression particulièrement cruelle et violente de la domination masculine sur les femmes. L'excision est une mutilation génitale qui a été subie par 200 millions de femmes dans le monde, et 30 millions de filles encourent le risque d'être excisées au cours de la prochaine décennie, selon les derniers chiffres des Nations unies dévoilés en février 2017.

"L’excision, aussi appelée Mutilations sexuelles féminines (MSF) ou Mutilations génitales féminines (MGF), recouvre toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes sexuels externes de la femme ou autre lésion des organes sexuels féminins", précise le collectif d'association Excision, parlons-en!. Dans la plupart des cas, ces mutilations sont motivées par des justifications religieuses ou traditionnelles sans fondement scientifique.

Lire aussi - Macron s'engage à "traquer" ceux qui pratiquent l'excision en France 

En France, on estime à environ 60.000 le nombre de femmes excisées. Trois adolescentes sur dix, venant d'un pays pratiquant l'excision et qui résident en France, sont menacées de subir des mutilations sexuelles, notamment lors de vacances, selon le réseau d'associations Excision, parlons-en!, à l'origine de cette campagne baptisée "Alerte excision". Parmi ces victimes potentielles, une sur dix serait finalement excisées. Selon Marion Schaefer, déléguée générale de la structure, l'excision reste un sujet "problématique" pour les 12-18 ans, qu'il est "important de relayer à l'occasion de la Journée internationale de tolérance zéro aux mutilations sexuelles féminines".

Toute forme de mutilation sexuelle en France est passible de dix ans de réclusion et de 150.000 euros d’amende pour celui ou celle qui réalise l’opération, mais aussi pour les parents. La victime peut porter plainte jusqu’à vingt ans après sa majorité, soit jusqu’à l’âge de 38 ans, pour condamner ces violences devant la justice française, précise le journal Le Monde.

Le 25 novembre, en décrétant l'égalité femmes-hommes "grande cause du quinquennat", Emmanuel Macron avait évoqué l'excision, promettant de "traquer partout ceux qui pratiquent cette barbarie".

Auteur(s) : La rédaction de FranceSoir.fr

Près de 60.000 femmes ont subi des mutilations génitales en France.

Commentaires

-