La Courneuve: une famille d'origine chinoise agressée et séquestrée par de faux policiers

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 décembre 2016 - 14:05
Image
Un policier de dos.
Crédits
©Bohac Yann/Sipa
Un couple d’origine chinoise et leur fille d’une vingtaine d’années ont vu débarquer trois hommes, brassards de la police au bras lundi.
©Bohac Yann/Sipa
Un couple d’origine chinoise et leur fille d’une vingtaine d’années ont vu débarquer trois hommes, brassards de police au bras, lundi. Ces derniers étaient en réalité des malfaiteurs qui les ont dépouillés de 3.000 euros.

C'est un vrai calvaire qui a été vécu par une famille d'origine chinoise qui réside à La Courneuve, lundi 26 au soir, révèle Le Parisien. Ce couple et leur fille âgée d'une vingtaine d'années ont en effet ouvert la porte de leur pavillon à trois individus portant des brassards de police au bras. Ces derniers n'étaient évidement pas du tout membres des forces de l'ordre.

Devant l'attitude des trois hommes, la famille comprend rapidement qu'elle n'a pas affaire à une visite de courtoisie. Menaçants, les malfaiteurs vont ligoter le père de famille et la fille avant de passer le logement au peigne fin et de s'emparer de la somme de 3.000 euros.

Ce sont les voisins de la famille, alertés par les bruits provenant du pavillon qui sont courageusement intervenus et ont précipité la fuite des faux policiers avant d'en appeler des vrais, cette fois-ci. Ces derniers, de la brigade de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, sont rapidement arrivés sur les lieux et ont commencé leurs investigations.

A l'heure actuelle, les malfaiteurs n'ont toujours pas été interpellés.

En septembre dernier, plusieurs milliers de membres de la communauté chinoise avaient manifesté à Paris pour réclamer "la sécurité pour tous" et dénoncer le "racisme anti-asiatique", après l'agression mortelle d'un des leurs, un père de famille de 49 ans, en banlieue parisienne. Zang Chaolin, un couturier de 49 ans, était décédé après avoir été agressé par trois jeunes qui en avaient après le sac de son ami, quelques jours auparavant.

 

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don