Coronavirus: le 17 pollué par les appels de délation

Coronavirus: le 17 pollué par les appels de délation

Publié le 06/04/2020 à 07:12
PATRICK KOVARIK / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

C’est un effet inattendu du confinement, les centres d’appels d’urgence de la Police et de la Gendarmerie sont saturés d'actes citoyens pour le moins douteux. Ou quand la dénonciation dérape en délation et aux commérages. Heureusement que les actes de solidarité sont largement plus répandus et feront vite oublier certains actes imbéciles. 

 

 

Dès les premières heures du confinement, les standardistes des centres de Police Secours et  autres services d’urgence ont enregistré une forte augmentation des appels. Les forces de l’ordre sont mobilisées depuis le départ pour multiplier les contrôles afin de faire respecter le confinement décidé par le gouvernement depuis le 17 mars dernier. Et pourtant, les citoyens ont décidé de leur prêter main forte.

 

Voyeurisme et délation

 

Des centaines d’appels sont enregistrés quotidiennement, et les Françaises et les Français dénoncent leurs voisins. «Mon voisin est sorti plus de 5 fois avec son chien depuis ce matin», «Ma voisine est partie courir, mais je ne l’avais jamais vu faire du sport avant» , … Voilà les propos de certains de ces appels. Policiers et gendarmes avouent parfois être désemparés et surpris, d’autant plus qu’ils n’ont pas les moyens de vérifier la véracité de chacun de ces appels.

Et parfois, ce n’est pas le voisin, que l’on dénonce mais son propre conjoint, comme cette dame appelant le 17 pour accuser son conjoint de violer le confinement pour aller visiter …sa maîtresse. Si ces appels peuvent prêter à sourire, ils exaspèrent les standardistes, qui, ils le rappellent, doivent en priorité être disponibles pour de véritables urgences.

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Police secours, submergé par les appels de délation

Fil d'actualités Société