Le mari suspecté de violences conjugales tue sa femme avec sa voiture

Le mari suspecté de violences conjugales tue sa femme avec sa voiture

Publié le :

Vendredi 26 Juillet 2019 - 10:52

Mise à jour :

Vendredi 26 Juillet 2019 - 10:59
© PHILILPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme de 45 ans aurait tué sa femme en la percutant à plusieurs reprises avec sa voiture, jeudi 25 à Vénissieux. Il pourrait s'agir du 81e féminicide de l'année. L'homme aurait eu interdiction d'entrer en contact avec sa femme au moment des faits en raison de soupçons de violences conjugales.

Il pourrait s'agir du 81e féminicide recensé en France en 2019, si l'intentionnalité était confirmée. Le drame pourrait renforcer les critiques sur la protection des femmes battues puisque le mari aurait fait l'objet d'une mesure d'éloignement en attendant une convocation par la justice pour violences conjugales.

Jeudi matin, une femme a été mortellement renversée par la voiture conduite par son conjoint, à Vénissieux (Rhône), relate Le Progrès. Selon les témoignages rapportés par le quotidien, l'homme aurait volontairement foncé sur la victime, la percutant à plusieurs reprises et la coinçant contre un mur.

Voir: Féminicides - les proches de 34 victimes proposent des mesures pour le Grenelle

Le conducteur aurait dans un premier temps pris la fuite avant de se rendre au commissariat de Villeurbanne. Agé de 45 ans, il a été placé en garde à vue et une enquête a été ouverte, confiée au service criminel de la sûreté départementale.

Selon Le Parisien, le couple était marié depuis cinq ans. Mais l'homme, sans antécédents, avait été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec son épouse en raison de suspicions de violences conjugales.

En 2018, 121 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-conjoint. Le gouvernement a annoncé début juillet la tenue d'un "Grenelle des violences conjugales". Dans cette optique, plusieurs associations ou victimes ont demandé que soient renforcées les mesures de protection des femmes et d'éloignement des conjoints dès les premiers signes de violences conjugales.

"Ce ne sont pas des "drames familiaux" ni des "drames de la séparation" ni des "crimes passionnels", ce sont des féminicides conjugaux perpétrés par des hommes frustrés qui pensent détenir un permis de tuer. Ce sont des assassinats systémiques dont l'origine se trouve au cœur de notre société, dans l'éducation patriarcale qui est donnée aux hommes et qui les autorise à posséder femmes et enfants, à disposer de leurs vies", dénonce le groupe "Féminicides par compagnons ou ex" qui comptabilise le nombre de femmes mortes suite à ce type de violences.

Lire aussi:

Féminicides: 121 en 2018, un tous les trois jours

Féminicides: "Il n'y a pas de solution miracle" selon Schiappa

FACT-CHECK: quel budget pour la lutte contre les violences faites aux femmes?

Le mari était sous contrôle judiciaire pour des suspicions de violences conjugales.


Commentaires

-