Le Perreux-sur-Marne: un homme nu agresse violemment trois policiers

Le Perreux-sur-Marne: un homme nu agresse violemment trois policiers

Publié le :

Lundi 02 Octobre 2017 - 18:49

Mise à jour :

Lundi 02 Octobre 2017 - 18:55
Un homme a agressé trois policiers dimanche au Perreux-sur-Marne dans le Val-de-Marne. Il était nu au moment des faits. Interpellé, il a finalement été interné.
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est un surprenant fait divers qui a eu lieu au Perreux (Val-de-Marne) dimanche 1er en début d'après-midi. Le journal Le Parisien raconte qu'un homme nu se promenait sur les bords de la Marne. Il est abordé par un groupe de trois policiers municipaux, quai d’Argonne.

La situation dégénère à ce moment-là. A tel point que des renforts de municipaux et même la brigade anti-criminalité ont dû être envoyé sur place. Lors que ces derniers arrivent, ils découvrent les trois premiers fonctionnaires de police aux prises avec le promeneur dans son plus simple appareil et visiblement très virulent.

Les policiers tentent en effet "de maîtriser cet homme allongé sur un ponton et qui fait tout pour y rester. Les trois sont blessés: l’un d’entre eux a le nez gonflé et saigne abondamment. Il est trempé: il a été balancé à l’eau par son agresseur qui lui a donné un violent coup au moment où il a voulu remonter. Une autre policière est blessée au niveau de la joue après avoir été frappée, un dernier est blessé au visage également mais sans gravité", rapporte le quotidien.

Le forcené est finalement maîtrisé et interpellé. Malgré tout, ce dernier ne désarme pas et tente de porter des coups de tête aux forces de l'ordre alors qu'il est emmené au commissariat de Nogent. "A tel point que les policiers sont obligés de l’immobiliser au niveau des bras et des jambes, mais aussi de le casquer, pour sa propre sécurité", note Le Parisien.

Deux policiers ont été hospitalisés tandis que le suspect a été interné après des analyses toxicologiques. 

Des renforts de municipaux et même la brigade anti-criminalité ont dû être envoyé sur place.


Commentaires

-