Mondeville: attouchements et propos salaces, il agressait sexuellement ses jeunes stagiaires

Pervers

Mondeville: attouchements et propos salaces, il agressait sexuellement ses jeunes stagiaires

Publié le :

Lundi 08 Janvier 2018 - 12:52

Mise à jour :

Lundi 08 Janvier 2018 - 12:56
Un homme de 50 ans a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur plusieurs jeunes filles stagiaires dans les serres municipales de Mondeville, dans le Calvados. L'homme a constamment nié les faits qui lui étaient reprochés.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme de 50 ans comparaissait devant le tribunal correctionnel de Caen jeudi 4, soupçonné d'avoir profité de sa position professionnelle dans les serres municipales de Mondeville (Calvados) pour agresser sexuellement trois stagiaires. L'homme a notamment été confondu car les faits se sont déroulés entre septembre 2013 et juillet 2015 –sur une longue période donc– sur des jeunes filles qui ne se connaissaient pas et qui ne se sont pas concertées. Toutes les trois détaillent pourtant des faits similaires selon le journal Liberté-Le Bonhomme libre.

Comme l'explique la seule des stagiaires ayant déposé plainte, l'homme chargé d'encadrer la stagiaire débute par des questions salaces: "Il a commencé à me poser des questions déplacées du genre +as-tu déjà couché dans une voiture, as-tu déjà sucé?+… Je répondais que ça ne le regardait pas. Il avait un regard terrifiant et pervers. Un jour, il a insisté pour m’emmener aux toilettes".

Les trois jeunes filles, dont l'âge n'est pas précisé (mais l'une des trois est mineure), décriront également des mains baladeuses sur les seins et les fesses.

Lire aussi: Marc Petit, le maire communiste de Firminy, placé en garde à vue pour agression sexuelle

A la barre, l'homme –venu avec sa femme et ses parents– nie catégoriquement les faits. Il assure qu'il a "tout ce qu'il faut" chez lui (sous-entendu, sa femme). Il explique que la jeune fille ayant porté plainte cherche à se venger de remontrances qu'il lui a faites estimant qu'elle se servait trop de son téléphone mobile pendant ses heures de service, lors de son stage.

Il pense également que les trois victimes se sont concertées pour l'accabler et demander ainsi des dommages et intérêts. Problème: aucune des trois n'a fait une telle demande…

Le quinquagénaire est finalement condamné à une peine de six mois de prison avec sursis (le procureur en avait requis 12) et il sera inscrit au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS)

L'homme n'ira pas en prison mais sera fiché comme délinquant sexuel.

Commentaires

-