Alzheimer: 500.000 Français ne seraient pas pris en charge faute de diagnostic

Alzheimer: 500.000 Français ne seraient pas pris en charge faute de diagnostic

Publié le :

Mardi 05 Mai 2015 - 17:40

Mise à jour :

Mardi 05 Mai 2015 - 17:47
Un Français sur deux atteint d'Alzheimer ne serait pas pris en charge faute de diagnostic de la maladie. Au total, cela représenterait 500.000 Français selon une étude publiée ce mardi.
©Humbert Nicolette/Sipa
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

C'est une des conséquences du vieillissement de la population. Selon une étude publiée ce mardi par Cap Retraite, le nombre de malades d'Alzheimer ne cesse d'augmenter et, alors que l'Inserm évalue à un million le nombre de malades en France, seuls 500.000 seraient actuellement diagnostiqués et pris en charge.

Cet organisme qui conseille les familles cherchant une place en maison de retraite pour un proche âgé en perte d'autonomie tire la sonnette d'alarme: toujours selon les chiffres des chercheurs de l'Inserm, le nombre de malades atteints devrait doubler d'ici à 2040, pour atteindre les deux millions. La question de la qualité des dépistages se pose donc, tout comme celle de la prise en charge des patients atteints à domicile ou en établissement spécialisé.

D'autant que de Cap Retraite souligne les fortes disparités locales. Se basant sur le nombre de patients pris en charge en Affection de longue durée (ALD) par l'Assurance maladie (différents, et donc à ne pas comparer, avec les chiffres nationaux du total de malades atteints), il ressort que ce sont les départements urbains du Nord, des Bouches-du-Rhône et de Paris qui diagnostiqueraient le mieux les personnes atteintes d'Alzheimer, avec plus de 30% des malades estimés effectivement pris en charge. En revanche, dans les zones rurales de la Creuse, des Deux-Sèvres ou du Gers, cette proportion tombe à moins de 16%.  La moyenne se situe quant à elle aux alentours de 25%.

Pour remédier à cet état de fait, Cap Retraite propose des pistes de réflexions basées sur le diagnostic précoce de la maladie et l'adaptation des dispositifs de prise en charge. L'organisme propose ainsi notamment de systématiser les tests de dépistage en s'appuyant sur les médecins généralistes. "Une prise en charge précoce permettra au sujet de rester plus longtemps à son domicile, lieu par excellence à favoriser car porteur de l'histoire et de la mémoire", souligne le ainsi gériatre Hughes Bensaid, cité dans l'étude.

 

Le nombre de Français malades d'Alzheimer pourrait doubler pour atteindre deux millions d'ici à 20240 selon l'Inserm.


Commentaires

-