La pratique d'opérations inutiles trop répandue dans les hôpitaux français

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

La pratique d'opérations inutiles trop répandue dans les hôpitaux français

Publié le 27/11/2017 à 13:00 - Mise à jour à 13:09
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une étude de la Fédération hospitalière de France a révélé dimanche que de nombreuses opérations étaient pratiquées sans réelle utilité. Cette constatation a été faite dans les hôpitaux publics et privés.

Une étude de la Fédération hospitalière de France a révélé dimanche 26 que depuis bientôt dix ans, certaines opérations étaient pratiqués sur les patients sans pour autant qu'elles soient indispensables.

"Aujourd'hui, un chirurgien hospitalier qui n'utilise pas assez son bloc opératoire perd des infirmières dans son service, donc il peut préférer pousser la machine" a indiqué Israël Nisand, à la tête de deux maternités à Strasbourg, au JDD qui a révélé les résultats de l'enquête.

Les césariennes, les pontages coronariens, les chirurgies de la colonne vertébrale... quelques opérations courantes ont été observées par la Fédération hospitalière de France.

L'étude a dévoilé de très importantes disparités géographiques, "nous ne sommes pas égaux face à la maladie, selon l'endroit où nous habitons", a souligné le coordinateur de la recherche.

A voir aussi: Assurance maladie: 30% des dépenses "pas pertinentes" pour Agnès Buzyn

Il est apparu clairement que les chirurgies de la colonne vertébrale, pourtant risquées, étaient très largement pratiquée dans l'est, le sud-est et le sud-ouest de l'Hexagone. Selon l'étude, cela pourrait s'expliquer par la présence (ou non) de centres proposant de la rééducation. Parfois aussi, les médecins agissent à la demande de leur patient, en sachant que l'opération ne sera pas forcément efficace.

Les césariennes sont aussi très pratiquées dans certains territoires français par rapport à d'autres. Dans certains départements, comme ceux limitrophes à Paris, les césariennes sont pratiquées vingt fois plus que dans d'autres. Pourtant ce genre d'opération provoque parfois des complications.

Les résultats de l'enquête ont montré que pas moins de neuf médecins sur dix ont dit avoir déjà "prescrit des actes injustifiés".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Pas moins de neuf médecins sur dix ont dit avoir déjà "prescrit des actes injustifiés".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-