Pandémie: le virus qui pourrait tuer un dixième de l'humanité

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Pandémie: le virus qui pourrait tuer un dixième de l'humanité

Publié le 01/08/2018 à 11:52 - Mise à jour à 12:02
© MARK NAFTALIN / UNICEF/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Selon des scientifique américains, une pandémie mondiale d'un virus, certes fictif mais crédible, pourrait détruire une partie de l'humanité. En cause: le manque de ressources, de moyens voire de compétences des autorités sanitaires.

Le scénario n'est que théorique, mais ses conséquences font froid dans le dos. Des chercheurs ont essayé de simuler les conséquences de l'expansion rapide d'un virus crédible, et la capacité des autorités sanitaires mondiales à y répondre. Réponse: le résultat estime que la planète se dirigerait vers une catastrophe sanitaire majeure.

Les scientifiques de l'université Johns-Hopkins ont testé l'hypothèse d'un virus appelé "Clade X" déclenchant une toux, de la fièvre, une confusion mentale et une potentielle encéphalite pouvant mener à la mort. Les chercheurs tiennent à préciser un détail troublant dans leurs travaux: si le Clade X n'existe pas, il s'agit d'un agent pathogène tout à fait réaliste.

Dans la simulation, les chercheurs ont estimé que l'épidémie débute par 400 cas répartis entre deux points très éloignés, l'Allemagne et le Venezuela, avec une cinquantaine de morts au bout d'un mois.

Lire aussi: Vers un vaccin contre le VIH, le virus du sida?

Or les scientifiques assurent qu'en l'état des ressources, et de l'expérience des dirigeants face aux crises sanitaires, un tel scénario pourrait s'achever en hécatombe. Si aucun vaccin n'est trouvé par la communauté médicale, le nombre de morts pourrait atteindre les 900 millions (ce qui représentera à terme un dixième de la population mondiale).

Les caractéristiques du Clade X n'ont pas été choisies au hasard: le virus est un mélange de la dangerosité d'Ebola et de la virulence de la rougeole, sans atteindre pour autant les plafonds de ces deux pathologies. Entre 2014 et 2016, date de la mise en place d'un vaccin, le virus Ebola a tué 11.000 personnes lors d'une épidémie et déstabilisé les pays d'Afrique touchés par l'épidémie.

Voir aussi:

Virus Usutu - symptômes, transmission, risques: ce que l'on sait 

Virus Nipah: la maladie qui menace l'Inde, déjà 5 morts confirmés

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


La planète n'est pas prête à faire face efficacement à une pandémie de grande ampleur.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-