Un tiers des dentistes refusent de soigner les patients séropositifs selon l'association Aides

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un tiers des dentistes refusent de soigner les patients séropositifs selon l'association Aides

Publié le 04/06/2015 à 09:55 - Mise à jour à 09:59
©Rex/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Un dentiste sur trois refuserait de prendre en charge les patients séropositifs, selon un testing mené par l'association de lutte contre le sida Aides. Des refus de soins qui sont pourtant parfaitement illégaux.

La pratique est parfaitement illégale, elle est pourtant répandue. Un dentiste sur trois en France refuserait de soigner les patients séropositifs, selon un "testing" réalisé par l'association de lutte contre le sida Aides et publiée par Le Parisien ce jeudi. Le plus souvent, les spécialistes invoquent des raisons détournées pour refuser la prise en charge.

"Aucune personne ne peut faire l'objet de discriminations dans l'accès à la prévention ou aux soins", précise pourtant l'article L1110-3 du code de la Santé publique. Un principe mis à mal par les résultats du testing mené grâce à la mobilisation des militants d'Aides qui ont contacté 440 dentistes pour prendre des rendez-vous pour un banal détartrage.

Des appels, tous enregistrés, il ressort que plus de 30% des dentistes ont bel et bien refusé de soigner les patients. Dans le détail, 3,6% d'entre eux ont tout simplement refusé , et dit refuser, à cause du VIH tandis que 30% ont invoqué des motifs, parfois étonnant, pour décourager l'appelant. L'association donne quelques exemples frappants: "elle a pas le droit. C’est une jeune! Elle n'est pas encore assez formée", répond ainsi une secrétaire à la place de la praticienne dont elle gère les rendez-vous, tandis qu'un autre, dentiste lui, avance qu'il "vaudrait mieux que aller à l’hôpital. (Car lui n'a) pas l’habitude de soigner ces patients". Soit autant de refus de soins tombant sous le coup de la loi.

"Ces réactions sont tout à fait anormales, et nous (les) poursuivons systématiquement quand elles nous parviennent", condamne pour sa part le président de l'ordre national des chirurgiens-dentistes Christian Couzinou cité par Le Parisien. "Dans les cabinets, les précautions sont les mêmes quel que soit le patient. D'ailleurs, certains ignorent qu'ils sont séropositifs, et quand ils le savent ils ne sont pas obligés de le dire".

A noter, lors de ce testing les militants d'Aides ont également contacté 116 gynécologues. Parmi ceux-ci, ils n'ont toutefois essuyé que 4,3% de refus pour les mêmes motifs. Si c'est toujours 4,3% de trop, car illégal, ce chiffre devrait toutefois faire réfléchir leurs collègues dentistes.

 

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Ces réactions sont tout à fait anormales", condamne le président de l'ordre national des chirurgiens-dentistes Christian Couzinou.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-