Une tumeur ovarienne de 60 kg retirée à une patiente aux Etats-Unis (photos)

Une tumeur ovarienne de 60 kg retirée à une patiente aux Etats-Unis (photos)

Publié le :

Mardi 08 Mai 2018 - 14:35

Mise à jour :

Mardi 08 Mai 2018 - 14:55
Une Américaine de 38 ans s'est vue retirer en avril une tumeur ovarienne de 60 kg. Elle n'avait pas de cancer de l'ovaire, la masse était bénigne, mais elle présentait tout de même un important risque pour sa santé.
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il ne s'agissait pas d'un cancer de l'ovaire mais d'une tumeur bénigne qui se développait à vitesse grand V sur l'organe de cette patiente américaine, menaçant sa vie. C'est donc une masse de près de 60 kg (132 livres soit 58,87 kg pour être exact) qui a dû lui être retirée au mois d'avril.

Si la tumeur a atteint une telle masse avant d'être retirée, c'est parce qu'elle grossissait à un rythme ahurissant d'environ 5 kg par semaine selon un communiqué de l'hôpital de Danbury (Connecticut, Nord-Est des Etats-Unis), où s'est déroulée l'intervention.

"Quand j'ai rencontré la patiente, elle était extrêmement mal nourrie car la tumeur appuyait sur son tube digestif. Et elle se déplaçait en fauteuil roulant à cause du poids de la tumeur", a raconté le Docteur Vaagn Andikyan, gynécologue et oncologue qui a participé à l'opération.

Lire aussi: Une campagne pour montrer au gynécologue "l'origine du monde"

La taille et la vitesse de progression de la tumeur ont considérablement compliqué le travail de l'équipe médicale sélectionnée pour cette intervention qui comportait de nombreuses inconnues. Les médecins ont donc échafaudé cinq scénarios possibles auxquels ils se sont préparés, ce qui a demandé deux semaines de travail.

Après une chirurgie de cinq heures, l'équipe médicale est parvenue à extraire la tumeur. Les médecins se sont également félicités de ne pas avoir à retirer d'autres organes que l'ovaire concerné à la patiente. Un chirurgien plasticien a également dû procéder à une reconstruction de l'abdomen, déformé par la tumeur, et retirer l'excès de peau qui s'était étirée sur son ventre. Des interventions réalisées en une fois pour éviter plusieurs chirurgies à la patiente.

Après deux semaines de convalescence, la femme de 38 ans a pu rentrer chez elle. L'hôpital a de son côté lancé des tests génétiques sur la tumeur afin de découvrir pourquoi et comment elle a pu se développer aussi vite.

Il ne s'agissait pas d'un cancer mais la tumeur ovarienne de 60 kg était très dangereuse pour la patiente.


Commentaires

-