Microsoft veut installer des centres de données sous l'océan

Projet Natik

Microsoft veut installer des centres de données sous l'océan

Publié le :

Mardi 02 Février 2016 - 11:11

Dernière mise à jour :

Mardi 02 Février 2016 - 11:40
Microsoft travaille actuellement sur un nouveau projet baptisé Natik. L'objectif est d'installer des centres de données sous l'océan afin de "réduire la distance avec les populations connectées" et de "produire localement de l'énergie verte" tout en diminuant les coûts de refroidissement.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Josh Edelson / AFP
-A +A

Microsoft prévoit d'installer des centres de données sous l'océan dans le cadre d'un nouveau projet baptisé Natik, a annoncé le groupe informatique américain lundi 1er février. "Aller sous l'eau pourrait régler plusieurs problèmes en introduisant une nouvelle source d'énergie, en réduisant énormément les coûts de refroidissement, en réduisant la distance avec les populations connectées et en rendant l'installation des centres de données plus simple et plus rapide", explique le groupe dans un message sur son blog officiel.

Dans le détail, l'eau froide devrait permettre aux serveurs d'être rafraichis en permanence tandis que l'énergie des vagues ou des marrées pourrait faire fonctionner le centre. Par ailleurs, la moitié de la population mondiale vivant à moins de 200 km des côtes, le temps de latence s'en trouverait amélioré. Enfin et surtout, être situé sous l'océan permettrait à Microsoft d'ouvrir un nouveau centre de données en seulement 90 jours contre deux ans sur terre. L'objectif ultime étant de créer un centre de données "recyclable" qui "produit localement de l'énergie verte"

L'idée vient d'un certain Sean James, un spécialiste des centres de données de Microsoft qui a travaillé pendant trois ans sur des sous-marins pour la marine américaine. "J'avais vu comment on peut mettre de l'électronique sophistiquée sous l'eau, et la garder protégée de l'eau salée", fait-il valoir.

Actuellement, le groupe en est encore à déterminer la faisabilité d'un tel projet. L'an dernier, il a immergé un prototype baptisé Leona Philpot pendant trois mois dans l'océan Pacifique, à environ un kilomètre au large de la côte. Ainsi, il pouvait être connecté au réseau électrique normal. Une fois par mois, un plongeur est allé vérifier le bon fonctionnement de la machine tandis que le reste du temps cette dernière était surveillée depuis le siège du groupe à Redmond (Nord-ouest des Etats-Unis) grâce à des caméras et des capteurs. Tout s'est passé sans problème, les animaux marins s'étant parfaitement adaptés à la présence de Leona Philpot. 

Fort de cette première réussite, le groupe travaille désormais à l'étape suivante: un conteneur quatre fois plus grand que le premier et contenant 20 fois plus de puissance informatique. Ce dernier resterait dans l'eau au moins un an et utiliserait une source d'énergie renouvelable tirée de l'océan.

A terme, Microsoft voudrait garder ses centres de données sous l'eau jusqu'à dix ans. Une fois ce laps de temps écoulé, les ordinateurs à l'intérieur seraient changés, et le container à nouveau émergé pour une durée similaire. 

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

A terme, Microsoft voudrait garder ses centres de données sous l'eau jusqu'à dix ans.