Happychic: les syndicats mécontents à l'issue de la présentation du plan social

Happychic: les syndicats mécontents à l'issue de la présentation du plan social

Publié le :

Mardi 11 Septembre 2018 - 14:07

Mise à jour :

Mercredi 12 Septembre 2018 - 08:34
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Roubaix

-A +A

Les organisations syndicales ont affiché mardi leur mécontentement après la présentation à Roubaix (Nord) du plan social par la direction d'Happychic, qui doit conduire à la suppression de 466 emplois principalement dans les enseignes Jules et Brice.

"On demande qu'on respecte les personnes qui sont dans ce PSE (plan de sauvegarde de l'emploi, ndlr) et qu'il y ait des indemnités correctes", a déclaré Laurent Petit, délégué syndical CGT à l'issue du Comité d'entreprise (CE).

"On discute de la mendicité, j'ai honte, 700 euros par année d'ancienneté! Et 17.000 euros pour des gens qui ont 20 ans dans la même boite, ce n'est même pas une année de salaire...", a renchéri Patrick Digon, délégué syndical CFDT, en larmes.

Véronique Carnin (FO) s'est interrogée elle sur la mise en place d'un PSE "alors qu'il y a eu depuis trois ans près de 1.200 démissions", signe "que l'entreprise s'épure toute seule".

La direction d'Happychic, qui appartient à la galaxie Mulliez et qui a annoncé ce PSE mi-juillet, a rétorqué que les négociations n'étaient "qu'au démarrage" et a évoqué "un marché de la mode en pleine transformation" pour justifier la fermeture des 88 magasins.

"On a une structure de coûts disproportionnée par rapport au chiffre d'affaires. Il va y avoir une mutualisation des entreprises, des équipes, des organisations Jules et Brice sous un seul et même maillot", a expliqué le directeur d'Happychic Jean-Christophe Garbino lors d'une conférence de presse. La troisième marque d'Happychic, Bizzbe, qualifiée elle de "pépite", doit "prendre son autonomie", a-t-il ajouté.

"L'industrie de la mode ne s'est pas réinventée depuis une quarantaine d'années, on est probablement la dernière industrie à produire consciemment et volontairement plus d'offre que de demande. Ce modèle là est en train de craquer et notre objectif, humblement, est de contribuer à inventer un nouveau modèle", a-t-il dit.

Pour Laurent Petit, les employés "payent" aujourd'hui des erreurs de gestion des précédentes directions: "Aux CE on disait qu'il fallait stabiliser le parc de magasins" alors que les ouvertures se multipliaient.

Les négociations entre les syndicats et la direction entreront dans le vif du sujet le 18 septembre pour se terminer au plus tard le 17 janvier. Les premiers licenciements pourraient avoir lieu mi-février.

Happychic compte 734 magasins, dont 629 en France, et 3.191 employés dans l'Hexagone. Le chiffre d'affaire mondial est d'environ 673 millions d'euros TTC (chiffres de fin 2017), d'après la direction.

Des syndicalistes du groupe de de prêt-à-porter Happychic bloquent un entrepôt de la marque Jules, à Wattrelos, près de Roubaix, le 02 juillet 2018

Commentaires

-