La Bourse de Paris prudente face aux discussions sino-américaines

La Bourse de Paris prudente face aux discussions sino-américaines

Publié le :

Lundi 07 Janvier 2019 - 09:20

Mise à jour :

Lundi 07 Janvier 2019 - 10:26
©DR
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

La Bourse de Paris évoluait autour de l'équilibre lundi matin, prudente face à la reprise des discussions dans le différend commercial opposant la Chine et les États-Unis.

À 09H43, l'indice CAC 40 gagnait 0,89 points à 4.738,01 points. Vendredi, il avait fini en forte hausse (+2,72%) à 4.737,12 points.

"La guerre commerciale devrait rester dans tous les esprits alors qu'une délégation américaine se rend à Pékin lundi et mardi pour de nouvelles discussions", écrivent dans une note les analystes de Saxo Banque.

Les négociateurs américains devaient entamer des discussions avec leurs homologues chinois lundi matin à Pékin pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières économies du monde.

Ces discussions, dont le lieu n'a pas été révélé, devraient se tenir jusqu'à mardi. Elles sont les premières à mettre face-à-face des négociateurs des deux pays depuis que le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping sont convenus début décembre en Argentine de se donner un délai de trois mois, jusqu'à début mars, pour tenter de mettre fin à leur affrontement à coups de droits de douane.

Les investisseurs sont confrontés cette semaine à "un duo de risques liés à Trump. Premièrement, les relations sino-américaines sur le commerce sont au coeur de l'attention avec la reprise des discussions deux mois avant la fin de la trêve. Nous avons entendu des mots chaleureux lundi matin, mais la preuve sera dans le détail d'un accord", observe Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

"Deuxièmement, le 'shutdown' américain s'embourbe du fait que le président refuse de reculer sur son mur à la frontière avec le Mexique", a-t-il ajouté.

Les vacances parlementaires terminées, la Première ministre Theresa May replonge cette semaine dans les affres du Brexit et tentera une nouvelle fois de convaincre les députés britanniques de ne pas enterrer l'accord de sortie de l'UE conclu avec Bruxelles.

Après avoir pris connaissance du recul des commandes industrielles allemandes plus fort que prévu en novembre (-1%), les investisseurs s'intéresseront plus tard dans la journée à celles aux Etats-Unis pour le même mois et à l'indicateur d'activité dans les services (ISM) pour décembre.

Sur le front des valeurs, Alstom perdait 2,56% à 33,89 euros. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a indiqué dimanche que refuser la fusion avec l'allemand Siemens serait une "erreur économique" et une "faute politique" de la part de la Commission européenne.

Municipale 2014

Commentaires

-