Loi alimentation: les Jeunes agriculteurs inquiets

Loi alimentation: les Jeunes agriculteurs inquiets

Publié le :

Lundi 10 Septembre 2018 - 12:58

Mise à jour :

Lundi 10 Septembre 2018 - 15:06
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

Le syndicat des Jeunes agriculteurs (JA), proche de la FNSEA, craint une absence de compromis sur les indicateurs de coûts de production, sujet hyper sensible de la loi alimentation qui doit être discutée à partir de mardi à l'Assemblée nationale.

"Nous avons un mal fou, je dis bien fou, à nous faire entendre du gouvernement sur un des fondements du nouveau dispositif censé être mis en place par la loi" destinée à permettre aux paysans de vivre de leur production, a déclaré Jérémy Decerle, président des JA en clôture de la manifestation annuelle du syndicat, la fête agricole Terres de Jim, à Fougères (Ille-et-Vilaine).

"Nous demandons à ce que les producteurs, quand ils se regroupent pour négocier avec leurs clients" (industriels de l'agroalimentaire, distribution etc) "puissent faire prendre en compte leurs coûts de production" a rappelé M. Decerle.

"Pour ce faire, ils ont besoin qu'il existe des indicateurs neutres, fiables, incontestables, sur ces coûts de production. Le mieux étant que toutes les parties se mettent d'accord sur ces indicateurs" a-t-il dit.

Au dernier moment au printemps, la loi n'a pas été votée, aucun accord n'intervenant sur ce sujet en commission mixte paritaire.

Le gouvernement a demandé aux interprofessions qui regroupent l'ensemble d'une filière, depuis les producteurs (agriculteurs) jusqu'aux distributeurs (grandes surfaces) en passant par les transformateurs (industrie agroalimentaire) de se mettre d'accord sur ces fameux indicateurs de coût de production.

Tout en reconnaissant qu'il s'agit de la meilleure méthode, le syndicat des JA demande que, lorsque la discussion n'aboutit pas dans ce cadre, les indicateurs puissent être mis en place par une entité publique neutre, comme l'observatoire des prix et des marges.

Les agriculteurs refusent de se voir imposer des indicateurs de coûts de leur production par l'agroalimentaire ou la distribution, qui se basent sur des prix des matières premières issus des marchés mondiaux, forcément plus bas que les leurs.

"Je n'ai pas fait Harvard, mais je crois qu'entre ce que nous demandons et l'économie administrée, il y a une sacrée marge" a dit M. Decerle, en soulignant l'unanimité sur ce sujet entre les syndicats agricoles.

"La base de tout, c'est notre revenu, et ce qui se joue ces jours-ci m'inquiète vraiment" a-t-il ajouté.

Dans sa réponse, le ministre Stéphane Travert a bien souligné la mise en place d'un dispositif permettant que "l'observatoire de la formation des prix et des marges puisse venir aider à trouver ces indicateurs".

Mais, "en cas de blocage", il s'en remet au "médiateur des relations commerciales agricoles", qui "pourra aider les interprofessions à définir les indicateurs et à se mettre d'accord", a-t-il dit lundi sur franceinfo.

"Nous voulons trouver une solution qui fasse consensus, que les agriculteurs ne soient pas les laissés pour compte dans ces discussions et que le juste prix soit le prix qui sorte à la fin pour une garantie d'un meilleur revenu pour les agriculteurs" a dit le ministre.

Jérémy Decerle, président du Syndicat des Jeunes agriculteurs (JA)


Commentaires

-