Affaire Troadec: reconstitution cruciale dans la maison du crime

Affaire Troadec: reconstitution cruciale dans la maison du crime

Publié le :

Lundi 29 Avril 2019 - 12:14

Mise à jour :

Lundi 29 Avril 2019 - 22:18
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
PARTAGER :

Par Fanny LATTACH - Orvault (France) (AFP)

-A +A

Comment les quatre membres de la famille Troadec ont-ils été tués à leur domicile à Orvault, près de Nantes, dans la nuit du 16 février 2017 ? Cette question est au cœur de la reconstitution qui se déroule dans la nuit de lundi à mardi en présence d'Hubert Caouissin, assassin présumé de la famille.

Le suspect, mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Nantes, est arrivé à 20H49 à bord d'un fourgon blanc rue d'Auteuil à Orvault, dans l'agglomération nantaise.

Il devra montrer les gestes qui l'ont conduit, il y a deux ans, à tuer son beau-frère Pascal Troadec, son épouse Brigitte, 49 ans, ainsi que leurs enfants Sébastien (21 ans) et Charlotte (18 ans), dans leur pavillon de ce quartier résidentiel.

La reconstitution va "nous permettre de visualiser les lieux" et "d'éclairer la compréhension des faits matériels", avait confié vendredi Patrick Larvor, l'un de ses avocats.

L'arrivée du suspect a été précédée de celles de la police judiciaire, des avocats des parties civiles mais aussi de Charlotte Gazzera, procureure en charge du dossier, et de Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes, qui ont franchi le large périmètre de sécurité installé par la police.

Des dépanneuses ont également acheminé sur place les deux voitures du couple, ainsi que la Peugeot 308 grise du fils, dans laquelle M. Caouissin aurait chargé les corps.

- Meurtres prémédités ? -

Cette étape de l'instruction s'annonce cruciale au regard des zones d'ombre du dossier, à commencer par le caractère prémédité des faits, thèse soutenue par la partie civile mais réfutée par M. Caouissin. Cet ancien ouvrier d’État de l'arsenal de Brest, quadragénaire sans antécédent judiciaire, a affirmé avoir tué ses victimes avec un pied de biche subtilisé au père de famille le soir du drame.

"Le but est d'abord de vérifier que les déclarations du suspect sont compatibles (...) avec ce qu'ont pu établir les experts" notamment ceux en morphoanalyse, avait souligné Me Loïc Cabioch, l'avocat de Lydie Troadec, compagne du suspect, elle-même mise en examen pour "modification de l'état des lieux d’un crime" et "recel de cadavres" dans cette affaire.

La reconstitution "va permettre, je le souhaite, de mettre en perspective les versions divergentes et fantaisistes du mis en examen avec une réalité objective qui est celle des éléments techniques", a déclaré en arrivant sur les lieux Me Cécile de Oliveira, l'avocate de la famille de Brigitte Troadec, qui soutient la thèse d'une "extrême préparation de ce crime".

Comment l'assassin présumé s'est-il introduit dans le pavillon ? Dans quel ordre se sont déroulés les événements ? Que disent les nombreuses traces de sang relevées sur place ?

Autant d'interrogations qui s'ajoutent à un dossier s'apparentant à un puzzle aux pièces manquantes: mobile flou sur fond de guerre d'héritage, arme du crime volatilisée, corps des victimes transportés, démembrés puis disséminés par le suspect à plus de 240 km du lieu des faits, dans sa propriété à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère).

Des restes avaient été découverts peu après les faits. Mais d'autres parties, notamment les crânes des victimes, demeurent introuvables malgré le transport d'Hubert Caouissin sur les lieux le 12 mars, puis de nouvelles fouilles début avril, dont les enquêteurs sont revenus bredouilles.

La reconstitution ne résoudra pas à elle seule les nombreuses énigmes de l'affaire, mais elle s'annonce comme un épisode important de l'instruction qui se rapprochera ainsi un peu plus de sa fin, laissant présager un renvoi devant les assises en 2020.

Le portail sous scellés de la maison de la famille Troadec à Orvault, le 29 avril 2019


Commentaires

-