Agression au couteau à Marseille: aucun indice de terrorisme ou de radicalisation

Agression au couteau à Marseille: aucun indice de terrorisme ou de radicalisation

Publié le :

Mercredi 20 Février 2019 - 14:04

Mise à jour :

Mercredi 20 Février 2019 - 17:24
© Boris HORVAT / AFP
PARTAGER :

Par AFP - Marseille

-A +A

L'homme ayant blessé au couteau des passants mardi à Marseille avait des problèmes psychiatriques et rien n'étaye une thèse terroriste dans cette affaire, a affirmé mercredi le procureur de cette grande ville du sud-est de la France.

L'agresseur, Karim Lacheheb, 36 ans, déjà condamné pour parricide, a été tué par la police, après avoir attaqué et blessé trois personnes.

"L'enquête s'oriente vers une rupture de soins de la part de l'agresseur, qui avait des problèmes d'ordre psychiatrique", a indiqué le procureur, Xavier Tarabeux, à l'AFP.

Concernant les victimes - trois, plus une victime collatérale -, deux restaient hospitalisées mercredi en fin de matinée : la première personne agressée au couteau, blessée à une joue et au cou, et la troisième personne, touchée à la carotide. Aucun de ces deux hommes n'est en état d'urgence absolue, a affirmé M. Tarabeux.

Le troisième victimes, un homme touché au crâne et à la nuque, est lui sorti de l'hôpital, comme la femme blessée à une jambe par une des balles tirées par les policiers quand ceux-ci ont tué l'agresseur, qui avait dégainé une arme.

Cette arme de poing était un pistolet d'alarme chargé à blanc, a précisé M. Tarabeux.

Le procureur de Marseille a aussi fait état du passé judiciaire de Karim Lacheheb, condamné une première fois en 2005 à 15 ans de prison pour avoir tué son père.

Libéré en 2017, il avait été à nouveau condamné en mai 2018, "pour menaces de mort réitérées dans le contexte familial", à 6 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans. Ce sursis avait été révoqué un mpos plus tard, pour de nouvelles menaces et port d'arme (un couteau).

Libéré en octobre 2018, Karim Lacheheb avait été inscrit au registre des personnes recherchées en janvier, la justice ayant notifié qu'il ne respectait pas les conditions de sa mise à l'épreuve.

Des policiers et des équipes de secours sur les lieux d'une agression à l'arme blanche sur la Canebière, le 19 février 2019 à Marseille


Commentaires

-