Les hauts magistrats défendent l'Ecole Nationale de la Magistrature

Les hauts magistrats défendent l'Ecole Nationale de la Magistrature

Publié le :

Vendredi 24 Mai 2019 - 12:24

Mise à jour :

Vendredi 24 Mai 2019 - 12:26
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Bordeaux

-A +A

Premiers présidents, présidents de TGI et procureurs ont défendu vendredi dans une déclaration commune à Bordeaux le "rôle central" et le recrutement "diversifié" de l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM), dont la suppression a fait l'objet de conjectures.

De nombreux magistrats étaient réunis en colloque jeudi et vendredi dans l'établissement installé à Bordeaux, qui célèbre ses 60 ans et dont la suppression a fait ces dernières semaines l'objet de suppositions en même temps qu'un projet de ce type concernant l'ENA (Ecole nationale d'Administration).

Les conférences nationales des premiers présidents, procureurs généraux, présidents de tribunaux de grande instance et procureurs de la République, notant ce "rôle central joué" par l’ENM, ont souligné "l’ouverture ancienne et constante de l’institution judiciaire à des modes diversifiés de recrutement".

Les hauts magistrats ont à ce propos affirmé leur soutien à la mission confiée par le Premier ministre Edouard Philippe à Frédéric Thiriez "sur l’intérêt social et l’utilité publique d’ouvrir les plus hautes fonctions administratives et judiciaires de l’Etat à la diversité des talents".

L'ENM est "l’une des grandes écoles de la République les plus représentatives de la diversité de la population française", avec un tiers d'étudiants boursiers, ses classes "égalité des chances" et plus de 50% d'élèves juristes "riches d’une expérience professionnelle antérieure", indique la déclaration.

Elle "a su depuis longtemps se réformer pour parvenir aux objectifs d’ouverture du recrutement et de diversification de l’enseignement", ajoute le communiqué qui estime que l'établissement est "loin de constituer, à la faveur d’une réussite à un concours, une élite privilégiée".

"Par son histoire, l’Ecole a démontré sa capacité à se renouveler et à répondre aux défis de l’évolution de notre société" et est "prête à en relever de nouveaux", conclut le communiqué.

Façade de l'Ecole nationale de la Magistrature à Bordeaux, le 23 octobre 2008

Commentaires

-