De plus en plus de peine de mort dans l'Egypte de Sissi

De plus en plus de peine de mort dans l'Egypte de Sissi

Publié le :

Samedi 13 Avril 2019 - 10:18

Mise à jour :

Samedi 13 Avril 2019 - 16:58
© Ozan KOSE / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Le Caire

-A +A

Procès de masse, condamnations à mort et exécutions se sont multipliés dans l'Egypte du président Abdel Fattah al-Sissi, où des dizaines de détenus attendent encore dans les couloirs de la mort une possible exécution par pendaison.

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'ex-chef de l'armée en 2013, une répression impitoyable s'est abattue sur toute forme d'opposition, islamiste ou non.

Plusieurs familles de détenus exécutés ou condamnés à mort ont évoqué leurs situations avec l'AFP, qui a choisi d'utiliser des pseudonymes pour protéger leur identités ainsi que celle d'un détenu actuellement dans le couloir de la mort.

Le frère de Leila, Amr a été pendu en février.

"J'ai appris un soir qu'il devait être exécuté le lendemain. On était sous le choc. Ma mère est devenue hystérique", a-t-elle dit à l'AFP, avant d'ajouter: "C'était une nuit terrible. Je ne le souhaite à personne".

L'homme était accusé, avec huit autres, d'avoir assassiné l'ancien procureur général Hisham Barakat, mort dans un attentat à la voiture piégée en juin 2015.

Après son arrestation en février 2016, il est apparu, selon sa soeur, avec des signes de torture et des cicatrices sur le corps.

- "Exécutions arbitraire" -

En 2008, "au moins deux personnes" avaient été exécutées et "au moins cinq" en 2009, selon Amnesty International.

Selon un rapport publié mercredi par l'ONG, l'Egypte occupait en 2018 le sixième rang mondial dans le classement des peines de morts appliquées annuellement avec au moins 43 personnes exécutées.

Par ailleurs, "le nombre de sentences capitales prononcées est monté en flèche jusqu'à atteindre 717 condamnations à mort, chiffre le plus élevé jamais enregistré par Amnesty International dans le pays", a souligné l'ONG.

Et selon un rapport publié récemment par des organisations locales de défense des droits humains, 92 personnes au total auraient été exécutées en 2017 et 2018.

En 2019, au moins 15 personnes ont déjà été exécutées en Egypte, selon un décompte établi par l'AFP.

Lors d'un sommet avec des dirigeants arabes et européens en février à Charm el-Cheikh, M. Sissi avait vivement défendu la peine capitale. "Vous n'allez pas nous apprendre notre humanité... respectez-la... comme nous respectons la votre", avait-il martelé.

Interrogée par l'AFP, la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Agnès Callamard a estimé que l'utilisation accrue de la peine de mort en Egypte, s'apparente à des "exécutions arbitraires" en vue de réprimer la contestation.

"On assiste à une hausse des peines capitales, de dizaines par an avant 2011, à des centaines par an après 2013", a assuré à l'AFP Sahar Aziz, professeur de droit à la Rutgers University, dans le New Jersey.

De son côté, l'ONG de défense des droits humains Reprieve, basée à Londres, estime qu'au moins 2.159 personnes ont été condamnées à mort entre 2014 et 2018. Des centaines ont ensuite vu leurs condamnations commuées en peines de prison, dont M. Morsi lui-même.

Dès 2014, l'ONU avait dénoncé les procès de masse en Egypte jugés contraires à la loi internationale.

Selon une source judiciaire égyptienne familière du système pénal du pays, "il n'y a aucune politisation de ces affaires".

"Nous appliquons l'islam selon ses lois et cela vous irrite? Si vous êtes un terroriste qui a tué, vous devez être tué aussi", a-t-il dit à l'AFP sous couvert d'anonymat.

La charia, ou loi islamique, est la principale source de la loi égyptienne, selon la Constitution de 2014. Elle légitime l'utilisation de la peine capitale.

Abbas fait partie de la cinquantaine de détenus qui attendent dans les couloirs de la mort.

Il a été condamné à mort en 2015, dans un procès où comparaissaient 183 prévenus, accusés d'avoir attaqué un commissariat au Caire en août 2013, où 11 policiers et deux civils avaient été tués.

- "Silence international" -

"Combien d'audiences sont nécessaires pour être sûr que chaque détenu obtiendra un procès équitable pour exposer sa version des faits ?", a dit à l'AFP son fils Ossama.

Abbas a épuisé tout ses recours et ignore quand il sera exécuté.

"Mon père a été condamné à mort et aussi ma mère d'une certaine façon", a dit Osama à l'AFP avant d'ajouter que "le goût de l'injustice est amer".

Selon Mme Aziz, la "vitesse troublante" à laquelle il a été fait recours à la peine de mort dans cette affaire, montre qu'il s'agit d'un processus "politisé" pour servir la répression.

De son côté, Mme Callamard, estime que les circonstances menant à ces condamnations sont "un grand sujet d'inquiétude".

La rapporteure a aussi fustigé la communauté internationale pour n'avoir pas demandé davantage de comptes à l'Egypte.

"Ce silence (international) assourdissant est devenu une partie intégrante de la montée en flèche des violations des droits humains en Egypte", a-t-elle dit.

Manifestation devant le consulat égyptien à Istanbul, le 2 mars 2019, pour réclamer la fin des exécutions en Egypte


Commentaires

-