Consultation à la SNCF: Besancenot appelle Pepy à mettre sa démission dans la balance

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Consultation à la SNCF: Besancenot appelle Pepy à mettre sa démission dans la balance

Publié le 17/05/2018 à 10:13 - Mise à jour à 10:14
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le porte-parole du NPA, Olivier Besancenot, a critiqué jeudi la "légitimité" du patron de la SNCF Guillaume Pepy, l'appelant à mettre sa démission dans la balance, comme l'a fait le PDG d'Air France, dans le cadre de la consultation initiée par les syndicats sur la réforme ferroviaire.

Les syndicats CGT, Unsa, SUD et CFDT ont lancé depuis lundi, et jusqu'au 21 mai, un "vot'action" dans lequel les salariés de la SNCF pourront dire s'ils approuvent ou pas la réforme portée par le gouvernement. Une consultation qui n'a "aucune légitimité" selon Guillaume Pepy.

"Qui a la légitimité ?", a répondu Olivier Besancenot sur LCI. "Comment vous pouvez prétendre un tel chantier, un tel bouleversement qui va se concrétiser par des lignes ferroviaires en moins, plus de retards, plus de dysfonctionnements dans le service public ? Quelle légitimité vous pouvez avoir quand vous savez qu'il n'y a personne qui partage votre point de vue dans votre propre entreprise ? C'est ça le problème de la direction de la SNCF", a tranché M. Besancenot.

"Qu'il (Guillaume Pepy, NDLR) fasse comme à Air France: lui (le PDG Jean-Marc Janaillac) au moins il avait le courage de mettre sa démission dans la balance. Résultat des courses, il a été obligé de partir", a rappelé le porte-parole du NPA, jugeant que dans le cas de M. Pepy, on serait "à peu près sûr du résultat: dans son entreprise, à part lui et ses cadres très très proches, qui partage sa politique ?".

M. Besancenot a souligné au passage que "si dans de nombreuses grandes entreprises françaises, publiques ou privées, il y avait des référendums où les directeurs mettaient leur démission dans la balance, il y aurait bien des surprises".

Le patron d'Air France a mis son poste dans la balance à l'occasion d'une consultation du personnel début mai sur une proposition d'accord de revalorisation salariale, lancée par la direction et rejetée par 55% des salariés. Un rejet qui l'a conduit à annoncer sa démission.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le porte-parole du NPA, Olivier Besancenot, a critiqué jeudi la "légitimité" du patron de la SNCF Guillaume Pepy, l'appelant à mettre sa démission dans la balance.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-