Divertissement ou "combat mémoriel": un livre relance une querelle sur le Puy du Fou

Auteur:
 
Par Laetitia DREVET - Les Epesses (France) (AFP)
Publié le 19 avril 2022 - 21:06
Mis à jour le 20 avril 2022 - 12:08
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Une scène du spectacle du parc vendéen le Puy du Fou, aux Epesses (ouest), le 10 avril 2010
Crédits
© FRANK PERRY / AFP
Une scène du spectacle du parc vendéen le Puy du Fou, aux Epesses (ouest), le 10 avril 2010
© FRANK PERRY / AFP

Arme d'un "combat mémoriel" pour les uns, simple divertissement pour les autres: le livre de quatre historiens qui accusent le parc vendéen du Puy du Fou de "déformer l'Histoire" à des fins politiques, ravive une vieille querelle.

Dans "Le Puy du Faux" (éditions Les Arènes), paru fin mars, Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère affirment que le parc d'attractions fondé par Philippe de Villiers "falsifie l'Histoire" et se sert de "vieux clichés historiques" pour diffuser des "messages politiques très marqués à droite".

En face, dans une tribune parue dans Le Point intitulée "A-t-on encore le droit de mal s'amuser?", l'historien Thierry Lentz s'attaque au "mépris de classe" d'une "brigade de refroidisseurs d'enthousiasme" allés au Puy du Fou pour "enfoncer des portes ouvertes".

Début avril, la polémiste et journaliste au Figaro Eugénie Bastié évoquait sur Twitter un ouvrage "lunaire" sur un "spectacle" qui n'a "pas la prétention d'être un cours magistral d'histoire".

Au fil des pages, les quatre auteurs du "Puy du Faux" égrennent "falsifications" (des Gaulois aux faux airs d'Astérix, conformes à "l'image canonique") et anachronismes (des moines mérovingiens utilisant un type d'écriture né "trois siècles après eux").

Mais l'objectif du livre n'est pas de signaler la présence d'"inexactitudes", pointée par d'autres historiens avant eux, explique à l'AFP Pauline Ducret. Selon les quatre auteurs, le Puy du Fou exalte dans l'ensemble de ses spectacles l'idée d'une "France éternelle" où "l'ennemi est synonyme d'étranger" et où l'"on a le choix entre le christianisme et l'enfer".

Outre la Cinéscénie, fresque vivante de 2.550 acteurs retraçant l'histoire de la Vendée, le Puy du Fou propose des spectacles centrés sur différentes périodes historiques, de l'Antiquité à la Première Guerre mondiale.

- "Wokistes" -

"On y voit une France immuable, cohérente d'une période à l'autre. Le roman national tel que raconté sur les plateaux de télévision par Eric Zemmour par exemple", juge Pauline Ducret.

L'ex-candidat Reconquête! à l'élection présidentielle avait reçu le soutien de Philippe de Villiers dans sa course à l'Elysée.

Les quatre auteurs avancent dans leur livre qu'en accueillant des groupes scolaires et en éditant des livrets destinés aux enfants, le parc se donne pourtant une "vocation pédagogique".

Sollicité par l'AFP, le Puy du Fou affirme par courriel que le parc "n'a pas et n'a jamais eu de vocation d'historien". "C'est une oeuvre artistique et poétique, librement inspirée de moments marquants de l'Histoire de France."

Sur CNews, l'essayiste conservateur Mathieu Bock-Côté a dénoncé quant à lui la "médiocrité" d'un livre rempli des "poncifs habituels d'une histoire idéologique universitaire".

La publication du livre a par ailleurs déclenché des réactions vives sur les réseaux sociaux, où des internautes appellent les quatre historiens "wokistes", voire "anti-France". L'un des auteurs a porté plainte après avoir reçu par courriel une menace de mort.

"C'est un livre écrit avec rigueur, que l'on taxe gratuitement de +torchon gauchiste+", regrette Hélène de Virieu, éditrice du "Puy du Faux", pour qui la polémique est "essentiellement politique".

- "Outils critiques" -

D'après Guillaume Lancereau, une autre partie des retours négatifs sur le livre émane de Vendéens agacés de voir cette institution locale pointée du doigt.

Aux Epesses, berceau du Puy du Fou, les points soulevés par les quatre historiens sont vite balayés. "C'est un parc d'attractions, pas un musée d'histoire", sourit Bernard Decocq, gérant du bistrot Au coeur vendéen, qui trône sur une place aux parterres de fleurs impeccables.

Assis au comptoir, Michel Morne, 63 ans, "dont 63 passés aux Epesses", n'a pas lu le livre mais défend un parc qui a "beaucoup apporté à la commune". "Sans ça, on aurait peut-être plongé. Mais chez nous, les commerçants sont restés."

"Il ne s'agit en aucun cas d'attaquer les amateurs ou d'avoir un discours moralisateur. En tant qu'historiens, nous donnons des outils critiques pour analyser ce qui est présenté", répond Guillaume Lancereau.

Le Puy du Fou, l'un des sites les plus visités de France, a accueilli en 2019, avant la crise sanitaire, 2,3 millions de visiteurs. Un record en 45 ans d'existence.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.