"Merci pour ce moment": pour Valérie Trierweiler, c'était "une question de survie"

"Merci pour ce moment": pour Valérie Trierweiler, c'était "une question de survie"

Publié le :

Mardi 27 Mars 2018 - 19:48

Mise à jour :

Mardi 27 Mars 2018 - 19:55
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Interviewée dimanche dans l'émission "Face Caméra" sur France 3, Valérie Trierweiler est revenue sur son livre "Merci pour ce moment" dans lequel elle se livre sur sa rupture avec François Hollande. Un best-seller qui aurait rapporté pas moins de 14 millions d'euros.

C'est la première fois qu'elle en parle à la télévision. Interviewée dimanche 25 dans l'émission Face  Caméra sur France 3, Valérie Trierweiler est revenue sur son livre Merci pour ce moment dans lequel elle se livre sur sa rupture avec François Hollande. Une nouvelle fois, l'ex-première dame n'a pas souhaité expliqué la raison pour laquelle elle avait choisi de l'intituler ainsi. En revanche, elle s'est confiée sur la genèse de cet ouvrage qui aurait rapporté pas moins de 14 millions d'euros.  

"Ca n'a pas du tout été un choix, ça s'est imposé à moi. Ca a été ma porte de sortie, ma porte de survie", a-t-elle confié. Et d'ajouter: "Je ne me suis pas dit «j'écris, j'écris pas», j'ai commencé à écrire la nuit quand je ne dormais pas, le jour quand je pouvais. Il fallait que ça sorte: ça a été une question de survie".

Au cours de cet entretien, Valérie Trierweiler est également revenue sur l'image qu'elle renvoyait d'elle à l'époque, laissant entendre qu'elle n'avait jamais voulu de cette vie-là. "J'ai été perçu comme une femme méchante et ambitieuse. Je ne me reconnaissais pas (…). Ce n'était pas mon choix d'aller là-bas", a-t-elle expliqué comparant l'Elysée à une "prison dorée".

Lire aussi - Léonard Trierweiler interpellé une nouvelle fois, il conduisait sous l'emprise de stupéfiants

"Je sais que ça peut être compliqué à comprendre pour les Français mais malgré les dorures, malgré la vie facile - sans avoir à faire de courses ni à cuisiner - on finit par s'apercevoir que les tâches ménagères sont un plaisir. Quand on nous enlève tout, on vous vole votre vie. Pour moi, la vie de Première dame n'était pas la vie rêvée", a-t-elle conclu.  

 

Valérie Trierweiler s'est confiée sur l'écriture de son livre "Merci pour ce moment".


Commentaires

-