Non, Anelka n'a pas traité Domenech de "fils de p***" en 2010 (vidéo)

Douloureux souvenir

Non, Anelka n'a pas traité Domenech de "fils de p***" en 2010 (vidéo)

Publié le :

Lundi 04 Juin 2018 - 14:53

Mise à jour :

Lundi 04 Juin 2018 - 15:09
Raymond Domenech a révélé dimanche après-midi, dans un documentaire sur Canal+, que Nicolas Anelka ne l'avait pas insulté le 17 juin 2010, pendant la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Provoquant par la suite la fameuse grève des joueurs et l'incident du bus de Knysna.
©Ivan alvarado/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Il lui a manqué de respect en le tutoyant devant tout le vestiaire. C'est ce que retient Raymond Domenech, à propos de l'incident avec Nicolas Anelka à la mi-temps de France-Mexique, pendant la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud.

Il assure que jamais l'ancien joueur du PSG ne lui a dit "va te faire enculer, sale fils de pute", propos injurieux retranscrits en Une de L'Equipe le lendemain de la défaite face au Mexique (0-2, lors du deuxième match de poules).

Tout le monde parle encore aujourd'hui de l'épisode du bus, quand les joueurs, en conflit avec leur sélectionneur, ont fait la grève et ont refusé de descendre s'entraîner.

La première étape de ce psychodrame, qui a marqué, et choqué, des générations de supporters (et sans doute de footballeurs), s'est donc joué dans les vestiaires, ce soir du 17 juin 2010.

Lire aussi: quand Booba se moque du fils de Benzema, ça parle encore de foot et d'équipe de France

Dans un documentaire consacré aux sélectionneurs, diffusé sur Canal+, dimanche 3, Raymond Domenech est revenu huit ans après sur cet épisode très noir du football français.

"Il n’a pas dit ce qui a été écrit dans les journaux, c’est une certitude", a ainsi déclaré face caméra le sélectionneur de l'époque.

"À la mi-temps, je lui dis: «Nico, ce que je veux, c’est que tu ailles dans la profondeur. On est 10 sur le banc, on a tous vu que tu n’y allais pas». «Oui mais c’est toujours moi». «Oui, c’est bien toi qui joues là». Là, il a ses chaussures à la main. En se tournant et en jetant ses chaussures, il dit: «tu n’as qu’à la faire, ton équipe de merde». Je lui ai dit: «tu as raison, tu sors». Je dis à Gignac de s’échauffer", a-t-il ainsi raconté.

Pas d'insulte donc, mais un tutoiement mal placé et "un manque de respect de la fonction" de sélectionneur qui ne pouvait être toléré selon Raymond Domenech. D'où la porte de sortie grande ouverte pour Nicolas Anelka.

Cette version est plus édulcorée que celle qu'il avait écrite lui-même dans son livre Tout seul en 2012, où il disait que le footballeur lui avait lancé: "Enculé, t’as qu’à la faire tout seul ton équipe de merde! J’arrête moi".

Difficile avec le temps d'oublier totalement ces moments-là, mais difficile aussi de savoir exactement ce qui s'est dit et ce qui s'est passé durant ces fameuses 15 minutes, qui ont jeté un voile de disgrâce sur l'image des Bleus.

Raymond Domenech, sélectionneur de l'équipe de France en 2010, a assuré dans un documentaire que Nicolas Anelka ne l'avait jamais insulté dans les vestiaires de France-Mexique.

Commentaires

-