C'était dans "France-Soir": 25 juin 2009, la mort de Michael Jackson

C'était dans "France-Soir": 25 juin 2009, la mort de Michael Jackson

Publié le :

Dimanche 09 Juin 2019 - 11:25

Mise à jour :

Dimanche 23 Juin 2019 - 11:42
©DR
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

La mort de Michael Jackson, le 25 juin 2009, a provoqué un choc planétaire. "France-Soir" lui a consacré huit pages, avec une Une stylisée et inhabituelle pour le quotidien, habitué à plusieurs titres en couverture.

En Une de France-Soir ce samedi 27 juin 2009, sur fond noir, on voit un gant blanc orné de strass sur lequel est écrit en grosses lettres le mot "BAD", et en haut à gauche les simples mots "Michael Jackson 1958-2009". Bad est l'un des tubes du roi de la pop (à réécouter ici), décédé quelques heures plus tôt à Los Angeles à l'âge de 50 ans.

Michael Jackson est mort le jeudi 25 juin d’une intoxication aiguë au propofol, un anesthésique intraveineux, après avoir subi un arrêt cardiaque dans son manoir de Holmby Hills en Californie. Avec le décalage horaire, c'est dans son édition du samedi que France-Soir publie huit pages spéciales sur cet événement planétaire.

Le quotidien fondé par Pierre Lazareff en 1944 vit ses dernières années (il disparaîtra des kiosques le 13 décembre 2011, avant de renaître sur Internet). À l'époque, la rédaction, dirigée par Charles Desjardins, est composée en majorité de jeunes journalistes de moins de 30 ans, qui vont rédiger des articles sur ce Michael Jackson qui a bercé leur enfance et leur adolescence. "Je suis né en 1982, la même année que Thriller", écrit ainsi en page-2 Sylvain Chazot, dans un (rare) billet rédigé à la première personne et titré "La fin d'une époque". "J'ai grandi avec Michael Jackson, comme beaucoup. Il n'y avait qu'à voir nos visages hier matin, et nos comportements d'enfants perdus", ajoute-t-il, avant de conclure: "Alors qu'approche la trentaine, le décès de Michael Jackson sonne comme un avertissement: notre jeunesse est désormais terminée".

C'est Sylvain Chazot qui a eu l'idée du mot "BAD" en couverture du quotidien. Mais c'est le responsable de la rubrique Culture, Loïc Torino-Gilles, qui a proposé la photo du simple gant –celui que Michael Jackson porta quand il réalisa pour la première fois son célèbre pas de danse du "Moonwalk" en 1983. "Michael Jackson était mort dans la nuit. Donc, à J+24, tout le monde avait l’info. D’où cette couverture décalée. Pour moi, avec les chaînes infos et les journaux télévisés, pas besoin de mettre la photo de Jackson en Une, tout le monde savait qu’il était mort", explique-t-il aujourd'hui, précisant qu'il avait bataillé ferme pour que la direction du journal accepte cette Une, peu traditionnelle pour le France-Soir de l'époque.

En page-2, Loïc Torino-Gilles signe l'article principal, sur les circonstances de la mort: "Avec lui disparaît le chanteur le plus connu dans le monde. Baptisé le «King of pop», ce roi inconditionnel de la pop, danseur d'exception et inventeur du moonwalk, a définitivement raccroché son micro, ses chaussures vernies et son gant à paillettes. Emportant avec lui les meurtrissures intimes qui ont façonné une personnalité aux facettes aussi étincelantes qu'une boule disco (...). «Bambi», regard de biche et voix haut perchée, mixant le blues des Noirs au rock des Blancs, mélodiste inspiré propageant les tubes comme on distille la bonne parole, inventeur du vidéoclip, a été victime d'un arrêt cardiaque".

Dans les autres pages du dossier spécial que consacre ce jour-là France-Soir à la mort de Michael Jackson, la correspondante à Los Angeles Marion Drouet rapporte que "des milliers de fans se recueillent devant l'hôpital". Les journalistes de la rubrique Culture retracent la carrière du chanteur: "Star à 11 ans mais enfance volée", titre Ingrid Bernard; "57 millions de Thriller vendus dans le monde", rappelle Lisa Gougué; "Danseur instinctif mais inspiré", raconte Magali Vogel.

D'autres articles décrivent la vie mouvementée de la star: "L'homme aux mille visages... ou presque. En quarante ans de carrière, Michael Jackson a connu des transformations physiques spectaculaires et les rumeurs les plus folles ont couru sur son compte", écrit Alexandra Gonzalez, à côté de cinq photos montrant le visage du chanteur en 1979, 1988, 1998, 2003 et 2009. "Mariages, divorces, naissances… Entre les nombreuses polémiques suscitées par ses interventions chirurgicales et les plaintes pour attouchements sexuels, Michael Jackson s'est aussi fait remarquer pour sa vie privée mouvementée", ajoute Justine Chevalier.

Lire aussi:

> Michael Jackson: "Ses besoins sexuels étaient ce qu'ils étaient", les propos polémique de Barbra Streisand

> A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa

> Au Grand Palais, l'art contemporain fan de Michael Jackson

Car l'actualité des dernières années de Michael Jackson fut plus judiciaire qu'artistique, rappelle en page-8 le chef de la rubrique Faits divers de France-Soir, Guilhem Battut: "Porté par un talent musical hors norme et une inventivité chorégraphique imitée par des millions de fans, Michael Jackson a atteint le statut de star mondiale dans les années 1980 avant de voir sa réputation et sa carrière entachée d'accusations de pédophilie".

La série d'articles de France-Soir, ce samedi 27 juin, se termine par celui de Jean Berthelot de La Glétais, qui rappelle que la star avait annoncé son retour dans les mois à venir mais doute qu'il aurait été un succès: "Davantage encore qu'une série de concerts dont personne n'attendait qu'elle soit exceptionnelle, étant donné l'état physique de Michael Jackson, les fans espéraient surtout que l'album que l'artiste préparait soit à la hauteur de ses plus belles œuvres. Il est permis d'en douter, au regard des collaborateurs dont l'artiste s'était entouré, dont Will.I.Am, censé être son producteur. Quelles que soient ses qualités, le fondateur des Black Eyed Peas aurait eu bien du mal à tirer le meilleur parti de Michael Jackson, comme avait si bien pu le faire Quincy Jones. Comme Elvis avait le Colonel Parker, comme les Beatles avaient George Martin, Michael Jackson ne serait sans doute jamais devenu celui qu'il est sans son producteur fétiche, impliqué dans chaque note des albums Off the Wall et Thriller, sans doute les deux meilleurs de l'histoire de la pop".

La Une de "France-Soir" du 27 juin 2009.


Commentaires

-